Propos de Mario Brisebois

C’est « Fore! » au golf québécois cette semaine, victoire d’un amateur à… l’Omnium canadien et plus encore, dont des souvenirs de «Garden Party» 

Maude-Aimée LeBlanc

Malgré deux tempêtes en quelques jours et les grands froids pour enchaîner afin de nous rappeler que l’hiver existe toujours, c’est néanmoins « Fore! » au golf québécois, cette semaine. 

En plus d’Étienne Papineau, en action depuis la semaine passée dans les Bahamas, c’est au tour de Maude-Aimée LeBlanc, sa coéquipière à Équipe Canada, d’entreprendre son année. 

Il s’agit de retrouvailles pour Maude-Aimée. Son précédent tournoi remonte aussi loin qu’en juin dernier en raison d’une blessure à un doigt en s’entraînant avec un ballon de football. 

Merci à une exemption médicale, elle peut revenir sur scène au Championnat « Drive On » à Bradenton, en Floride, et diffusé sur Golf Channel. C’est de jeudi à dimanche avec une bourse de 1,75 million de dollars à l’enjeu.  

Bien sûr qu’il y aura des repères à retrouver après une absence au jeu aussi prolongée.  

« Tout semble bon. Le doigt est un peu sensible, mais les vibrations sont là », mentionne Denise Lavigne, amie de M-A et directrice de l’enseignement au très québécois club Quail Ridge, à Boynton Beach, en Floride.  

Pour la deuxième semaine de suite, Étienne Papineau est aux Bahamas. Après Exuma, place à la Classique Abaco, qui est déjà en cours.  

Exceptionnellement, le magot d’un million de dollars est disputé de dimanche à mercredi. 

La semaine dernière, il avait terminé 44e.  

« J’étais un peu plus nerveux comme il s’agissait du début », disait-il.  

Faut croire qu’il apprend vite. Il était 18e (-2) après les 14 premiers trous, hier, au moment de l’arrêt du jeu pour cause d’obscurité.   

C’est « Fore! » également pour l’ami Michel Lacroix à la télé, alors que RDS lance, en fin de semaine, son année de golf 2024 à San Diego. 

ÇA SE PASSAIT ICI… 

Bravo à Nick Dunlap, qui devient le septième compétiteur invité des rangs amateurs à l’emporter à la PGA. 

Saviez-vous que bien avant l’American Express, à Palm Springs, en Californie, le club Beaconsfield avait été le théâtre d’une pareille réalisation rarissime?  

En 1956, Doug Sanders avait enlevé les grands honneurs de l’Omnium canadien, sur le parcours de banlieue de Montréal, devant les pros.  

Le précédent joueur à réussir pareil exploit avant Dunlap avait été Phil Mickelson, en 1991. 

1 512 000$… PERDUS  

Telle la valeur du chèque que Nick Dunlap est forcé de laisser sur la table, les amateurs n’ayant pas droit à l’argent lorsqu’ils l’emportent. Cela fait partie des règles à dépoussiérer au plus vite !  

RECORD 

En comblant un déficit de dix coups, la fin de semaine dernière, à Dubaï, Rory McIlroy est devenu le premier à s’adjuger le même évènement quatre fois dans la annales du DP World TOUR.     

QUESTION 

Selon vous, qui va remporter le Championnat de la meilleure forme physique à la PGA du Québec, cet hiver ? La réponse plus bas.  

TRÈS BON ANNIVERSAIRE 

C’est la 75e année qu’entreprend le golf féminin de la LPGA.  

C’EST FOU COMME TROU D’UN COUP   

Son auteur, Mike Weir, capitaine de l’équipe Internationale à la Coupe des Présidents à Royal Montréal, en septembre prochain, est le premier à le reconnaître. 

C’est dans les véritables bourrasques poussant l’aiguille jusqu’à 35 m/h que le Canadien a réussi son improbable as, à Hawaii, lors du Pro-Am du tournoi Mitsubishi, sur le Circuit des Champions.  

Le vent était tellement puissant qu’un cocheur a suffi pour parcourir la distance de 157 verges en prenant bien soin de viser 30 verges à côté du fanion pour laisser les éléments de la nature faire le reste du travail. 

AUX GRANDS MAUX, LES GRANDS MOYENS 

Dans le quotidien La Tribune, le journaliste Jérôme Gaudreau révèle que les nouveaux proprios vont garder le club East Angus actif, non sans conséquences. Il faut réduire de 18 à 9 le nombre de trous dans l’espoir de stabiliser les finances en souffrance.  

Les braves sauveurs sont Heïdi Paquette, Marc Fournier ainsi que Sylvain et Ghislain Brière. 

MERCI POUR LES BONS SOUVENIRS!  

Double titulaire à Augusta, Bernhard Langer annonce que le Tournoi des Maîtres d’avril prochain sera celui de ses adieux sur le plan de la participation. Il a 66 ans. 

IL Y A BIEN PIRE AILLEURS COMME HIVER RUDE 

Les froids intenses dans l’Ouest canadien ont causé la surchauffe du système de chauffage au club Sherwood, proche d’Edmonton, et la destruction du pavillon. Le feu a littéralement rasé l’endroit. La perte est d’autant plus lourde que la construction était considérée comme un modèle architectural.

À l’instar du Château-Bromont, au Québec, Sherwood sera l’hôte d’une d’étape de la nouvelle série des Amériques de la PGA, l’été prochain. On verra !  

LA RÉPONSE EST… 

Debbie Savoy Morel apparaît en tête de liste pour le titre de la meilleure condition physique et c’est mérité.

C’est six matins par semaine, de 9h à midi, qu’elle skie sur les pentes et cela, n’importe où. Le Mont Sainte-Anne représente un test comme montagne.   

Bien que certifiée de l’Alliance canadiennes des moniteurs, elle retournera à l’école à la fin janvier. Sa motivation est d’aller chercher son niveau 4 de compétence.  

« Vous savez, c’est très bien de redevenir une élève afin de bien comprendre et d’apprendre », déclare l’enseignante émérite au Club Le Mirage.  

SPLASH À… GARDEN PARTY !  

J’ai davantage connu Serge Laprade, un total gentilhomme décédé la semaine passée, au Téléthon de la paralysie cérébrale qu’il animait. 

Avec Gilles Terroux et Pierre Luc, collègues de l’époque au Journal de Montréal, nous organisons le tournoi des célébrités au tennis pour amasser des fonds servant à la recherche. Une année, on avait « paqueté » le centre Claude-Robillard avec Joe Dassin comme vedette. Ça aide…  

Au golf, j’ai joué avec Serge Laprade au célébrissime « Garden Party », alors une émission phare à la télévision Quatre Saisons, avec la piscine et le reste qui vient avec.  

Pierre Bouchard était là, Serge Touchette aussi, Ménick, Toto Gingras, le hockeyeur et golfeur Robert Rousseau et d’autres, incluant Rodger Brulotte. 

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour son sport ! J’avais participé à un concours de « putting » sur une lisière de tapis en ozite. 

Au sujet de Brulotte, il était en retard. On était contents, bien sûr! 

Devinez quoi? 

Au grand désarroi de Serge Laprade, qui voulait une émission sympathique, une méchante « bombe » était survenue en ondes.  

Aidé par Gros Pierre, Brulotte avait littéralement été lancé dans la piscine pour le punir de son retard.  

On pense qu’il n’a toujours pas fini de sécher à ce jour, le Rodger !  

Bonne semaine!