Korn Ferry Tour PGA TOUR

C’est une semaine de vérité pour enfin avoir un talent québécois à la PGA avec Étienne Papineau en finale  

Etienne Papineau

Est-ce que cette année sera la bonne et la vraie pour que le golf québécois compte très bientôt un représentant d’ici à la PGA?  

La réponse se décide cette semaine, de jeudi à dimanche, lors de la qualification finale à la série Korn Ferry à Ponte Vedra, en Floride. 

Les cinq premiers en conclusion accèderont directement aux ligues majeures aussitôt qu’en janvier. 

EXACTEMENT COMME PRÉVU IL Y A DIX ANS   

En cette période de compte à rebours, on jase en compagnie d’un invité de choix: Pierre Dugas. Il est l’entraîneur personnel d’Étienne depuis toujours. 

« Étienne se retrouve exactement là où nous l’avions prévu dans notre plan de travail mis en place il y a dix ans », mentionne-t-il au sujet de son élève de Saint-Jean-sur-Richelieu (Pinegrove) et membre d’Équipe Canada.   

Force est d’admettre que la progression majeure est passée par les succès aux activités PGA TOUR Canada, l’été dernier, avec une première victoire (Victoria) et une deuxième place (Manitoba) qui en ont fait le meilleur talent canadien avec un quatrième échelon au classement général. Il faut ajouter un autre gain à la Coupe Canada, à Victoriaville. 

Une mention spéciale va à son autre quatrième position aux Jeux Pan-Am (Santiago), quoique confronté aux sud-américains réguliers à la PGA ou sur le circuit LIV GOLF pour donner une idée additionnelle de son nouveau niveau de jeu atteint. 

Comment s’explique cette percée d’Étienne à l’âge de 27 ans? 

« Son scénario de partie est remarquable. Après ses bogueys, qui sont rares, il a cette façon d’aller chercher des birdies dès les trous suivants pour vite rebondir. Son éthique de travail est aussi exemplaire », précise le vainqueur du Méritas 2023 de la PGA du Québec, catégorie « entraîneur », bien sûr. 

Une autre chose positive, c’est qu’Étienne Papineau, qui a tout balayé auparavant dans la province, chez les amateurs et les juniors, avant d’être recruté comme boursier à l’Université West Virginia, à la NCAA, connaît les deux parcours Sawgrass servant d’ultime test cette semaine.  

« L’objectif est de maintenir une moyenne de 4.5 coups sous la normale lors de chacun des quatre jours », divulgue le mentor et éducateur physique de formation au CÉGEP de Granby, qui est associé au club Cowansville.  

DÉJÀ UNE PROMOTION GARANTIE   

Pierre Dugas n’effectuera pas le déplacement en Floride. Il y a une question de coûts, mais pas autant qu’on pense. 

« Nous discutons déjà à tous les jours ou presque, de toute manière, et c’est ça qui fonctionne », précise-t-il. 

C’est plutôt un très proche ami d’Étienne qui l’accompagne dans le rôle de cadet. Il connaît son golf. 

« En plus d’être un bon joueur, celui-ci se distingue dans le calcul rapide. Les décisions viennent vite au golf. L’assurance d’obtenir à l’instant les bonnes distances est un atout dans le juste choix des bâtons », ajoute-t-il, comme quoi la préparation va jusque dans les moindres détails. 

Étienne Papineau est déjà gagnant. Ses résultats au Canada l’assurent d’une participation, au minimum, aux six premiers rendez-vous Korn Ferry au début de l’an prochain. 

Les devoirs sont faits. Pour la suite cette semaine, Pierre Dugas est optimiste. 

« Avoir un peu de chance du bon côté est tout ce qu’il faudra », termine-t-il. 

Allez, Étienne!