Propos de Mario Brisebois

Début du dernier droit vers la PGA pour Étienne Papineau  

Etienne Papineau

L’équipement d’Étienne Papineau n’aura pas eu le temps de s’empoussiérer. Son jeu non plus, ce qui est bien l’essentiel de l’affaire. 

Après avoir complété 2023 aussi tardivement que le 18 décembre à la qualification finale Korn Ferry, où il a encore bien fait pour doubler de quatre à huit ses cartons d’invitation à cette série, le porte-couleurs d’Équipe Canada entreprend la nouvelle année dès cette fin de semaine. C’est au Sandals de Grand Exuma, dans les Bahamas. 

Le calendrier y est inhabituel. Les deux évènements bahamiens, puisqu’il qu’il faut ajouter la Classique Abaco la semaine suivante, commencent le dimanche pour se jouer jusqu’au mercredi avec un million de dollars en bourses à l’enjeu chaque fois. 

Le concept possède certainement ses vertus, notamment sortirde l’ombre de la PGA, laquelle occupe toute la place les fins de semaine du reste de l’année. 

UNE ANNÉE TRÈS OCCUPÉE  

Puisqu’il faut quand même remonter à Julien Trudeau, en 2010, pour la précédente participation québécoise à ce niveau, allons-y d’un cours d’actualisation 101.   

En 2024, l’horaire Korn Ferry est composé de 26 tournois, dont les 22 premiers offrant un million de dollars chacun avec 180 0000 $ au gagnant, et les quatre derniers haussés à 1,5 million de dollars. 

Les 30 premiers à la fin, l’an dernier, ont gradué à la PGA. 

LE MOMENT EST VENU  

À 27 ans, Étienne Papineau connaît définitivement ses meilleurs moments. 

L’année 2023 a été celle de sa percée au PGA TOUR Canada avec un premier titre (Victoria) et une deuxième place (Manitoba) pour prendre la quatrième position au final. 

Il faut ajouter un quatrième rang pour le Canada aux Jeux Pan-Am de Santiago en compagnie des réguliers des circuits PGA et LIV. 

Élu au Panthéon du Québec 2023, Rémi Bouchard connaît très bien Papi, ayant été son pro à ses années à Pinegrove. 

« Étienne est solide dans son niveau de jeu. Ses excellents résultats de l’an dernier ont gonflé sa confiance. Il est bien préparé. Il possède une bonne équipe autour de lui. S’il y a quelqu’un qui est prêt à le faire, c’est bien lui », dit Rémi au sujet de la réalisation du rêve tant espéré de voir un talent québécois devenir régulier à la PGA.  

Allez Étienne !  

UN GLOBETROTTER ET AUTRES INFOS  

Après ce doublé dans les Bahamas, quatre autres rendez-vous au soleil suivront en Amérique du Sud, où Étienne détient sa participation sécurisée. 

La première sortie aux États-Unis attendra jusqu’en avril.   

Étienne voyage en compagnie d’Alexis Chabot, un ami maîtrisant bien son golf en étant adjoint-proà Pinegrove. Il agira dans le rôle de cadet. Ils ont travaillé ensemble à la finale Korn Ferry, en décembre.