Circuit Européen

Les Bleus l’emportent comme prévu à la Coupe Ryder

Phil Mickelson (Harry Engels/ Getty Images)

L’équipe européenne dirigée par le capitaine Paul McInley a remporté la 40e édition de la Coupe Ryder disputée au parcours Gleneagles, en Écosse, au pointage de 16,5 à 11,5, dimanche.

Lors de la dernière journée, les Américains ont bien tenté d’effectuer une remontée, mais les éléments clés chez les « Bleus » ont résisté à la pression et concrétisé ce que les observateurs avaient établi sur papier il y a de cela plusieurs semaines.

La principale différence entre les deux équipes s’est située dans les résultats obtenus lors des matchs disputés en coups alternatifs. Les Européens ont remporté sept des huit matchs présentés.

Individuellement pour les Européens, Justin Rose s’est distingué avec une récolte de quatre points à la suite de trois victoires et de deux matchs nuls. Le Nord-Irlandais Graeme McDowell a aussi tenu promesse avec trois points, tout comme le Gallois Jamie Donaldson. Le meilleur chez les Américains à ce chapitre fut Patrick Reed, qui en était à une première participation à la Coupe. Il a obtenu trois points et demi. Jimmy Walker, aussi un joueur recru, a complété avec deux points et demi.

La logique a donc été respectée, mais cela explique difficilement cet autre revers des Américains qui tentent de trouver une solution à leurs ennuis. Ils ont été éclipsés pour une huitième fois lors des dix dernières présentations de la compétition et s’inclinent pour une troisième fois d’affilée.

Certes, l’équipe américaine était privée de joueurs importants, dont Tiger Woods, Dustin Johnson et Jason Dufner, mais l’on doute que la présence de ces joueurs aurait vraiment changé quelque chose. Il faut convenir que Rickie Fowler, malgré ses efforts, n’a pas inscrit une seule victoire et que Bubba Watson a subi trois revers. Plusieurs joueurs n’ont pas répondu à l’appel chez les Américains. Il est anormal que sur les six points obtenus en deux jours, trois et demi aient été enregistrés par le duo Spieth et Reed, qui en étaient à leurs débuts à ce grand rendez-vous.

Déjà à la suite de cet échec, on pointait du doigt certaines décisions du capitaine Tom Watson, à qui on reprochait de ne pas avoir utilisé les recrues Spieth et Reed lors de la deuxième session en première journée. On s’expliquait aussi très mal le fait qu’il n’ait pas utilisé Phil Mickelson et Keegan Bradley lors de la deuxième journée. Certains joueurs ont même amorcé une campagne afin de sélectionner Paul Azinger comme prochain capitaine. Il fut le dernier capitaine américain à fouetter ses troupes et à remporter une victoire.

Lors de la dernière journée, les Européens ont progressivement accumulé les points nécessaires pour conserver le trophée. Malgré un départ difficile face au jeune Jordan Spieth, Graeme McDowell a remporté le premier match. McIlroy a totalement dominé Rickie Fowler et Martin Kaymer a éliminé Bubba Watson. L’honneur de gagner la Coupe est revenu au Gallois Jamie Donaldson, qui a très bien joué en prenant la mesure de Keegan Bradley. Il a scellé l’issue du tournoi avec un brillant coup d’approche au 15e trou. Les célébrations ont alors débuté et ont continué toute la nuit.

Rendez-vous en 2016 à Hazeltine au Minnesota. Cela laisse deux ans aux Américains pour trouver la solution.