Mount Bruno fermé par précaution, le retour de Maude-Aimée, re-départ en NCAA et plus

Maude Aimee LeBlanc (Golf Canada/ Bernard Brault)

Dans le flot de nouvelles Covid-19, en voici une rare rassurante.

Suite à la fermeture par prévention cette fin de semaine du Mount Bruno, on apprend la réouverture du parcours centenaire et hôte deux fois de l’Omnium du Canada.

L’information est de dernière heure.

Les activités reprennent sur les 18 trous du site privé, mais pas au pavillon pour le moment et jusqu’au prochain avis.  Présidente à Mount Bruno après l’avoir été chez Golf Canada, Diane Dunlop-Hébert a plutôt parlé de «précaution».

C’est ainsi qu’aussitôt qu’il y a eu confirmation que deux personnes avaient testées positives, la présidente et la directrice générale Louise Côté ont demandé au personnel d’aller au dépistage.

Avec la situation maintenant donc sécurisée, c’est Fore! de nouveau.

Du meilleur au pire pour Maude-Aimée

Quelles histoires au pluriel pour Maude-Aimée LeBlanc.

Presqu’un an après avoir abandonné la compétition, Maude-Aimée a effectué sans annonce un retour en fin de semaine au circuit Symetra à Longwood, en Floride. Celle-ci a toujours aimé faire ses trucs à sa façon, ce qui est absolument légitime.

L’ancienne de la LPGA âgée de 31 ans a joué 66 (-6) samedi après son 70 en ouverture la veille pour se situer 6e avec une ronde à compléter.

Et quel début canon ce fut dimanche avec des birdies aux 1er et 2e trous avant deux autres aux 4e et 5e pour remonter 3e à dix en deçà de la normale au total.

La suite a été moins heureuse avec un double boguey ai 6e et des bogueys aux 8e et 9e pour égaler quand même la normale 35 et pour néanmoins maintenir la native de Windsor, en Estrie, au top 10 ce qui n’a pas duré longtemps.

Une séquence supplice triple boguey-double boguey et un autre triple boguey aux 10e, 11e et 12e ont mené éventuellement Maude-Aimée à un dixième neuf de 46 pour 81 et 60e au final dans une situation qui donne tout son sens au diction si proche et si loin à la fois.

Un autre tournoi Symetra suit cette semaine à Daytona Beach et cette fois Maude-Aimée LeBlanc est du nombre des inscrites sur le site Symetra. Malgré la déception, elle sait qu’elle peut compétitionner… sauf au neuf final.

Après avoir fait sa vie à Summerlea, Kanawaki déracine Jim Vandette 

Mes espions m’apprennent la sélection encore toute chaude de Jim Vandette dans le rôle de nouveau professionnel au club centenaire de Kanawaki.

On aura le temps d’y revenir, l’automne étant la saison des changements de position, mais ce qui surprend n’est surtout pas la sélection de Jim avec sa compétence et l’expérience comme plutôt son départ à la barre de Summerlea où il a passé toute sa vie en remontant à ses années chez les juniors.

L’entrée en poste surviendra le 1er janvier.

Compte à rebours au Bic

Toujours dans le domaine des emplois, la prochaine annonce d’embauche sera au club Bic, à Rimouski, où le décompte achève pour les mises en candidatures pour assurer le remplacement du professionnel Michel Blier ayant accepté le même rôle à la Vallée du Richelieu.

Le parcours est très bien et on offre aussi de cumuler éventuellement le poste de directeur général. La  date butoir est le 30 septembre.

9,5 millions

Tel est le don fait à l’organisation américaine First Tee par la chaîne PGA Tour Store et la Fondation de la famille Arthur M. Blank.

C’est en argent US bien sûr.

Olivier y sera, mais pas Étienne  

Olivier Ménard, de Valleyfield, fait ses débuts lundi à la NCAA alors que son université West Virginia sera du premier tournoi de la saison en conférence Big 12 à Fort Worth, Texas.

Le vétéran Étienne Papineau, de Saint-Jean-sur-Richelieu, n’est toutefois pas de l’alignement suite à une opération.

Birdie!

Il va au golfeur ontarien Mackenzie Hughes pour sa 3e place à la PGA au Corales Puntacana, en République Dominicaine, malgré un boguey en toute fin alors qu’il avait besoin d’un «oiseau» pour espérer aller en prolongation.

Souvent dans la course, il va finir par gagner.

En temps normal qui n’existe plus, la semaine dernière aurait été celle Europe-USA en Coupe Ryder.

Tiger et l’art de se faire des amis chez les amateurs 

Le commentaire est de Tiger Woods l’architecte, qui a inauguré la semaine passée Payne Valley (en hommage au regretté triple champion majeur décédé en 1999) au sujet de la générosité de ses allées qui font jusqu’à 80 verges en largeur versus entre 30 et 50 habituellement:

«Je n’aime pas voir les amateurs perdre des balles», explique-t-il.

Nous non plus en précisant que le Tigre se reprend très bien avec la conception de verts et les fosses de sable lors de la première conception aux USA de sa firme TGR.