Blog

Le golf féminin au Canada perd son plus ardent supporter

Hunter Harrison

En plus du monde des affaires au Canada, le golf féminin a perdu son plus grand supporter lorsque Hunter Harrison a décidé de quitter son poste de chef de la direction de la compagnie de chemins de fer CP avant la date du 1er juillet tel que préalablement annoncé.

Le gestionnaire à succès a été le plus ardent supporter de l’Omnium canadien féminin tout en aidant une autre cause puisque des levées de fonds sont organisés en parallèle pour soutenir les hôpitaux pour enfants.

Il a financé l’Omnium féminin à ses années à la barre de CN à Montréal. Après son passage chez CP, il a récupéré la commandite du championnat national certifié LPGA lorsque celle-ci est devenue libre.

Lorie Kane, qu’il avait engagée dans le rôle d’ambassadrice à CN d’abord et CP plus tard, de même que Jocelyne Bourassa, Debbie Savoy-Morel, du Mirage, et Diane Dunlop-Hébert, ex-présidente de Golf Canada, pourraient vous en raconter bien davantage.

L’actuelle entente CP et Golf Canada à propos de l’Omnium féminin est valide jusqu’à l’an prochain. Pour la suite prometteuse avec Brooke Henderson pour garder bien haut le flambeau, il est particulièrement intéressant de savoir que le successeur Keith Creel est un protégé de Hunter Harrison.


ORFORD CHOISIT UN D.G. EXPERT EN TOURISME

La Corporation du Mont-Orford possède un nouveau directeur général en vertu de la nomination ces derniers jours de Pascal Mongeau en remplacement de Luc Chapdelaine, lequel a choisi d’aller relever de nouveaux défis après avoir sorti l’endroit d’une situation précaire.

Orford est plus qu’une station de ski, le site comprenant aussi un parcours de 18 trous.

Natif de l’Estrie, Mongeau arrive avec un très intéressant bagage de connaissances dans le tourisme, notamment l’hôtellerie aux Caraïbes.

La façon de faire ailleurs peut certes aider les nouvelles idées n’étant jamais de trop dans le domaine récréotouristique.


LA FILLE D’YVES TREMBLAY OPÉRÉE EN SKI

Populaire professionnel au club Boucherville, Yves Tremblay joue à l’infirmier par la force des choses.

Membre de l’équipe de ski du Québec, sa fille Maxime voit sa saison compromise. Elle a dû passer au bistouri à l’hôpital Enfant-Jésus, à Québec, la semaine dernière. Dommage parce que la jeune athlète de 17 ans allait bien dans ses courses.

« Cela arrive dans le ski surtout lorsqu’on atteint ce niveau », de déclarer le paternel en grand philosophe, ce qui est recommandé en pareilles circonstances.

Oui, l’opération a très bien fonctionné pour la graduée du club Sutton. Deux heures après, Maxime recevait ses coéquipières qui voulaient aller saluer leur amie populaire comme son père.


77

C’est l’âge qu’a célébré la légende Jack Nicklaus samedi dernier.


APRÈS LE COUP DE L’ALLIGATOR, GILLES TERROUX RÉUSSIT (ENFIN!) LE COUP RÊVÉ

Longtemps mon patron à titre de directeur des pages sportives au Journal de Montréal, Gilles Terroux est la preuve que tout vient à point à qui sait attendre.

Après avoir patienté pendant 53 ans en remontant à la belle époque du « Municipal » de Montréal avec Damien Gauthier, Gilles a réussi la semaine dernière son premier trou d’un coup.

Il a obtenu son as au 17e trou au club The Village de Royal Palm Beach, lequel est dirigé par le pro québécois Daniel Pesant. Il jouait en compagnie de Gene Cardarelli, Russ Hodges et Marty Kocal, l’homme de confiance de Pesant depuis de nombreuses années.

« Mon meilleur coup de fer numéro six depuis toujours avec la balle qui est tombée à un pouce et demi du fanion avant de frapper l’arrière de la coupe pour disparaître », dit-il.

Un autre bel exploit courageux de l’ami Gilles avait été ce coup frappé à côté d’Oscar, un long alligator de 10 pieds qui vivait dans le lac en bordure du 15e trou au Village. Voici la preuve!

Terroux


CARO ET RORY À NE PLUS INVITER AU MÊME PARTY

La joueuse de tennis Caroline Wozniacki ne comprend pas que Rory McIlroy revienne encore publiquement sur leur ex-relation. Bien des gens non plus.

Par l’entremise de mon autre métier de chroniqueur à Tennis Canada, je connais Caroline, championne de la Coupe Rogers 2010. Elle est une bonne fille toujours restée une visiteuse fidèle à Montréal et cela même après son ascension comme numéro un au monde.

Ce n’est pas la première fois que Rory ne paraît pas très bien dans ses propos. Peut-être devrait-il se concentrer sur ce qu’il fait de mieux : jouer au golf.


JIM CONNOLLY ÉTAIT UN ALLIÉ DU QUEBEC

Le golf au Québec perd aussi un allié suite au décès de Jim Connolly.

Associé au club Riverside à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, pendant presque 60 ans, il a déjà été pro de l’année au pays et président de la PGA du Canada.

Jim a participé au pro-am de Dave Ross de l’Estérel. Son épouse Pamela (Godin) a effectué aussi le déplacement pour venir disputer le tournoi féminin au même endroit des Laurentides.

Dave Ross, aussi un ex-président de PGA du Canada ayant fait carrière avec succès dans cette province, a assisté aux funérailles de son ami.


UNE SEMAINE TRÈS « CHAUDE » EN PERSPECTIVE

Les choses à surveiller ne manquent pas pour conclure le premier mois de 2017 :


TIGER WOODS : Retour du Tigre qui dispute son premier tournoi officiel à la PGA depuis l’été 2015 en participant à l’Omnium Farmers Insurance à San Diego.


MARC-ÉTIENNE BUSSIÈRES : Double champion canadien individuel et en équipe (en compagnie de Dave Lévesque), Bussières, du club LongChamp, recevra mercredi le trophée Mike Weir à titre de joueur de l’année 2016 de la PGA du Canada.


JEAN LAFORCE : Le représentant du club Le Champêtre est au Portugal pour y entreprendre la première des deux étapes de qualification du circuit d’Europe chez les séniors. Il a terminé 5e d’une épreuve préparatoire dans l’Algarve.


MAUDE-AIMÉE LEBLANC : Elle entreprend jeudi la nouvelle année à LPGA lors du tournoi Pure Silk, aux Bahamas. Brooke Henderson et Alena Sharp sont aussi là.


L’AUTRE CHIFFRE DE LA SEMAINE

Il faut ajouter le fabuleux compte de 59, -13, enregistré en fin de semaine par le Britanno-colombien Adam Hadwin au Challenge CareerBuilder dans le désert de la Californie.

Il a totalisé 13 oiselets et commis zéro bogey lors de sa journée magique.

Hadwin, qui a terminé deuxième avec son cumulatif de -19, devient le 9e joueur à briser la marque de 60 à la PGA, mais le premier Canadien à le faire dans la grande ligue.

Danny King a joué 58 et James Love aussi 59, l’automne dernier. C’était dans un tournoi invitation aux Bermudes et en qualifications de la série Web.com.

Bravo au trio.

Blog

« Mon but est simple : gagner » – Tiger

Tiger Woods (Christian Petersen/ Getty Images)

Vous avez été parmi les très nombreux sceptiques du retour à la PGA que Tiger Woods effectuera à la fin du mois au tournoi Farmers Insurance de San Diego après un an et demi d’absence? Si oui, bienvenue dans le club du principal intéressé.

« Très honnêtement, j’ai eu mes doutes moi aussi », admet de façon surprenante Tiger dans son blogue de janvier.

Cela étonne en ce sens que même une si longue éclipse ne peut faire autrement que provoquer une réflexion chez n’importe quel athlète sur son avenir. Force est de reconnaître qu’on n’a pas beaucoup lu, vu ou entendu souvent le Tigre verbaliser ses craintes et même ses hésitations dans sa carrière. Du moins pas en public.

COUPE RYDER, TERRAIN À NORMALES TROIS ET DONALD TRUMP

En plus d’exprimer ses souhaits pour la nouvelle année, le vainqueur de 79 tournois au circuit américain dont 14 dans les grands chelems aborde sur les récents moments de sa vie.

Il parle du parcours de sa compagnie d’architecture qui a des contrats sur la table de travail.

Il a élaboré un concept de 12 trous à normales trois.

« J’ai été initié au golf sur des « par » trois. Il faut y voir alors que les rondes prennent cinq heures », dit-il.

Il revient sur son rôle d’adjoint au capitaine de la Coupe Ryder, même si, admettons-le, son attitude n’a jamais été d’être deuxième dans rien.

Même si ses résultats personnels sont curieusement en deca des attentes lors de ces rencontres USA-Europe, il précise avoir absolument été ravi de l’expérience victorieuse auprès de Davis Love III.

« Lors d’un souper, les joueurs se sont levés d’un trait en arborant un chandail sur lequel il était écrit Make Tiger Great Again! », raconte-t-il, touché par le geste.

Ouvrons une parenthèse : Jim Fury a été confirmé très judicieusement la semaine passée pour prendre la barre des Américains en prévision des prochaines rencontres de 2018 au Golf National de France, près de Paris.

Eh bien, Tiger suivra à son tour éventuellement comme capitaine. Puisque Phil Mickelson est une autre valeur sure, il ne reste qu’à déterminer l’ordre entre les deux, soit qui sera le capitaine à Whistling Straits, au Wisconsin, en 2020 ou à Rome en 2022 au plus tard.

Tiger dévoile des détails aussi de sa récente partie de golf présidentielle. Après Bill Clinton, George W. Bush, ainsi que Barack Obama, il a joué récemment en compagnie de Donald Trump.

« Nous n’avons pas eu de match parce que j’étais en test d’équipement. Nous avons joué pour le plaisir. J’ai été impressionné par les distances atteintes par une personne de 70 ans », commente-t-il.

Le duo Woods-Trump a eu des discussions sans précision sur la teneur. Mais on revient sur les retrouvailles de Tiger avec la compétition.

POURQUOI CETTE FOIS SERAIT LA BONNE

Après San Diego du 26 au 29 janvier, Tiger ira aux Émirats arabes du 2 au 5 février. Il reviendra à la PGA pour conclure février aux tournois Genesis à Los Angeles (16 au 19) et à la classique Honda de Palm Beach (23 au 26), tout proche de chez lui à Jupiter, en Floride.

En passant, une autre de ses compagnies en gestion d’événements organise le Genesis. Sa fondation est aussi impliquée pour montrer qu’il ratisse large.

Tiger a renoué avec la compétition en décembre dans le cadre du Challenge Hero, une exhibition coordonnée par la firme de Tiger évidemment.

Ses cartes de 74, 65, 70 et 76 l’ont placé 15e sur un peloton de 17 participants triés sur le volet et il demande de ne pas trop se fier à ce résultat.

« Les enfants et moi avons été très malades (gastro) la semaine avant. Je venais de perdre dix livres », indique-t-il.

Cette fois, il pense que son retour fonctionnera à 41 ans et malgré qu’il soit relégué 652e au monde.

« Je sais que c’est possible », affirme-t-il.

Il explique la raison de cette confiance alors qu’il n’était certain de rien il y a un an.

« J’ai trimé dur aux entraînements. Mon amour du golf n’a pas changé et mon corps me permet maintenant d’aller de l’avant. En combinant cela au support d’énormément de gens, des amis et des joueurs, j’ai toutes les raisons d’être optimiste », poursuit-il à propos de son avenir.

Enfin, qu’elle est son ambition?

« Je trime dur à l’entraînement. Mon but est simple : gagner », écrit le Tigre qu’on garde comme mots de la fin.

S’il y a quelqu’un qui sait trop bien que la victoire s’occupe de tout lorsqu’elle survient, c’est bien Tiger Woods.

Blog

Finie la saison morte au golf et plein de nouvelles pour se réchauffer!

Jean Laforce (Bernard Brault)

Que fait-on une première fin de semaine de grand froid pour tenter d’oublier la météo? Tentez de trouver des chanceux au soleil est une solution pour oublier.

Un de ceux-là est Jean Laforce, lequel a dit « bye bye » à l’hiver justement le week-end dernier.

Il devait initialement participer à compter de jeudi prochain à l’Omnium de la Jamaïque.

Celui-ci raconte au journaliste Gilles Terroux avoir changé ses plans et a donc plutôt mis le cap vers le Portugal en prévision des qualifications du Circuit d’Europe chez les 50 ans et plus à compter du 26 janvier.

Comme préparation, il mentionne qu’il aura deux tournois, le premier ayant lieu aussitôt mercredi.

Double champion de la PGA du Canada, Marc-Étienne Bussières ne jouera pas non plus en Jamaïque comme il avait songé, mais fera le voyage en Floride où il est invité à la foire des manufacturiers d’Orlando le 26 pour y recevoir le trophée Mike Weir à titre de Pro par excellence au pays en 2016.

Toujours chez les Québécois au soleil, les cadets Julien Trudeau et Yohann Benson sont déjà tous deux à Hawaii avec « leur joueur ». Ils sont les cadets de Graham DeLaet et Mark Hubbard qui y entreprennent leur année compétitive 2017 à compter de jeudi.

Maude-Aimée LeBlanc est aussi au travail en Floride avant le lancement des activités de la LPGA aux Bahamas du 26 au 29.

S’il y a un état ou une situation qui n’existe plus dans la nouvelle réalité, c’est bien l’accalmie dite de « la saison morte ».

Maintenant qu’il est un nouveau Carabin, ayant laissé son université Saint Leo, on ne reverra plus Hugo Bernard en action à la NCAA, où il a été double champion national de Division II l’an dernier. Il sera néanmoins actif très bientôt.

Après les Internationaux d’Orlando qu’il a remportés le 30 décembre, son conseiller Daniel Langevin nous apprend que le champion canadien et porte-couleurs d’Équipe Canada, sera au jeu du 19 au 22 afin de disputer le Championnat d’Amérique du Sud.

Bref, cela fera beaucoup de monde à suivre. Faut bien se réchauffer un peu!

Ah oui, si jamais vous êtes un ou une « snowbird » qui est déjà ou ira dans la région de West Palm Beach/Boyton Beach pour aller y frapper la petite balle blanche, allez donc saluer le pro québécois Daniel Pesant au Village Golf Club très francophone de Royal Palm Beach.

« AYOYE! », A DIT LOVE III

Ne parlez pas de planche à neige à Davis Love III. Du moins pas tout de suite.

Ses vacances en famille du capitaine de l’équipe américaine victorieuse en Coupe Ryder sur les montagnes de Sun Valley, en Idaho, se sont terminées sur la table d’opération d’un hôpital de Birmingham.

Une chute lui a valu une mauvaise fracture de la clavicule. Quoiqu’il n’existe évidemment pas de bonnes blessures à l’épaule, la sienne a nécessité une plaque et huit vis quand même.

« Mon pêché mortel a été de tenter de suivre mon fils Dru sur une pente trop raide », de reconnaître notre plus récent éclopé des pentes.

Plutôt que d’être cette semaine à Hawaii, où il devrait également lancer son année à la PGA, Love III est à sa maison de la Géorgie à entreprendre sa convalescence d’une durée de trois mois.

RORY CHANGE D’ÉQUIPEMENT ET JASON DE VÊTEMENTS

Agent libre forcé et aussi fort recherché après que Nike se soit retiré de la fabrication d’équipement, Rory McIlroy devient un joueur multi-marques en 2017.

Il a opté pour les bois et les fers Callaway, les cocheurs et les balles Titleist ainsi que le fer droit Odyssey pour compléter son arsenal.

Il faudra voir les résultats, McIlroy ayant connu un assez long creux de vague lors d’un précédent passage de Titleist à Nike.

Dans la catégorie des autres gros contrats, précisons que Jason Day a paraphé un contrat avec Nike qui maintient toutefois sa présence dans les vêtements et les chaussures.

Les nouvelles ne dévoilent des cachets, mais sachez que McIlroy et Day auront plein d’argent et plus encore pour payer leurs cadeaux de Noël lorsque la facture de la carte de crédit rentrera.

DU GOLF AU… CURLING!

Dans la catégorie que font les gens de golf l’hiver, précisons de Gary Labrecque, surintendant de l’entretien au parcours Lennox appartenant à l’Université Bishop, avait un rôle clé la semaine dernière au Championnat du Québec de curling. Il agissait comme expert-préparateur des glaces au club du même nom, co-hôte de la présentation avec Sherbrooke.

POUR ÉDUQUER… LES MOTO-NEIGISTES

Avec le verglas très évidemment, les motoneiges représentent un cauchemar hivernal pour les terrains de golf.

Golf News Now et Global News nous apprennent que l’administration d’un club de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, le West Hill pour le nommer, a eu la très bonne idée d’aménager et entretenir un sentier dans l’espoir d’encourager les « ski-do » à circuler toujours dans le même passage plutôt que passer un peu partout, ce qui cause toutes sortes de « fling flang » au gazon sous la neige.

« Le problème en est un d’éducation », raconte le proprio Scott Hill, confiant de réussir, étant lui-même motoneigiste.

Bonne chance!

Blog

Seize questions pour évaluer si vous avez bien suivi votre golf en 2016!

Brooke Henderson (Jeff Gross/Getty Images)

Le quiz des fêtes de Mario Brisebois

Avez-vous connu une bonne année sur les verts et les allées? La réponse est très certainement oui, autant au golf québécois que canadien.

Nommé joueur de l’excellence par la PGA du Canada, Marc-Étienne Bussières a enlevé les titres individuel et en duo (en compagnie de Dave Lévesque) au pays.

Après avoir tout balayé à la NCAA en remportant la palme en solo et en équipe de la division II avec son université floridienne de Saint Leo comptant aussi et le titulaire provincial Joey Savoie dans ses rangs, Hugo Bernard est revenu enlever les honneurs du Championnat canadien chez les amateurs.

Pour une deuxième année de suite, Daniel Talbot a ravi le championnat canadien chez les super séniors.

Aux prises avec les plus grands défis, Maude-Aimée LeBlanc mérite un grand coup de chapeau. Avec ses deux sommets personnels avec une 81e place chez les boursières avec 173 424 $, elle a reconfirmé sa place comme membre régulière de la LPGA une deuxième année de suite.

Pour la première fois depuis le succès de Mike Weir au Tournoi des maîtres, la jeune phénomène Brooke Henderson a ramené un titre du grand chelem au Canada en s’adjugeant le Championnat de la LPGA.

Elle n’avait que 18 ans lors de cette victoire à l’instar de sa première peu avant en Oregon, où elle détenait le titre.

Le Canada compte aussi un champion en 2016. Qui est-il?

À vous tous et toutes maintenant de jouer parce que comme vous l’avez fortement suggéré, nous voilà de retour aux Fêtes avec notre rétrospective de l’année sous forme de quiz.

Qui a gagné l’Omnium canadien RBC? Qui a été couronné d’or au retour du golf dans la grande famille olympique pour la première fois depuis 1904? Ou qui a scellé 1er et 2e au classement mondial?

Voici donc seize questions pour évaluer si avez bien suivi votre golf en 2016.

Oui, vous avez droit à un mulligan ou deux pour ce test. Après tout, ce sont les Fêtes n’est-ce pas!

1 : Un moment très intéressant en 2016 a été le retour du golf dans la famille olympique. Quel a été le couple médaillé d’or à rio?

2 : Quelle règle a été modifiée en fin d’année par les autorités du Royal & Ancient et la USGA?

3 : Nos plus sincères félicitations à Hugo Bernard, de l’équipe d’élite de Golf Canada, qui a tout balayé en division II de la NCAA avant de s’assurer le Championnat du Canada chez les amateurs? Qui avait été le précédent Québécois vainqueur de la catégorie au pays, ce qui remonte à 1988?

4 : L’Omnium canadien RBC à Glen Abbey a été un des plus enlevants en histoire. Combien de joueurs ont scellé à trois coups ou moins du vainqueur Jhonattan Vegas?

5 : Qui a inscrit le plus bas pointage de l’année à la PGA en signant une carte de 59 au Championnat Traveler’s?

6 : Toujours à la PGA, le Canadien Mackenzie Hughes a enlevé la palme du tournoi RSM à son cinquième départ comme membre permanent. Nommez le précédent Canadien victorieux un an auparavant?

7 : Après moult changements ces derniers mois, qui compose le duo de tête au classement mondial?

8 : Qui suis-je? J’ai égalé et éclipsé trois records dans les annales des grands chelems en complétant avec 63 pour un combiné de 264 ou moins 20?

9 : Le golf et le sport en général tentent de se remettre d’un deuil immense suite au décès d’Arnold Palmer. La méga-légende a gagné tous les grands tournois sauf un et quel est-il?

10 : Un bravo spécial à Mary Lee Cobick et Claude Brousseau respectivement choisis Professionnelle de club de l’année aux États-Unis par la LPGA et enseignant à la PGA d’Hawaii. Les deux sont originaires de quelle région dans la province?

11 : En étant couronnée championne de la LPGA à 18 ans, la jeune phénomène Brooke Henderson est devenue la première Canadienne auréolée au grand chelem depuis qui en 1968?

12 : Au golf féminin, trouvez l’erreur dans les affirmations suivantes?

13 : Dans l’actualité économique cette fois, où se situe l’information incorrecte?

14 : De nouveau, identifiez le piège?

15 : Proclamé joueur par de l’année par la PGA du Canada ayant remporté les titres les titres nationaux individuel et en équipe (en compagnie de Dave Lévesque), Marc-Étienne Bussières obtient le trophée portant le nom de quel monument du golf au pays?

16 : Pour terminer, un spécial avec le « revenant » Tiger Woods et où est la faute?

RÉPONSES :

Blog Règles et situations de jeu

Dates de l’Atelier 2017 sur les règles et l’administration de tournoi

(Chuck Russell/Golf Canada)

Le deuxième Atelier 2017 sur les règles et l’administration de tournoi (TARS) se tiendra à Richmond, en C.-B., du 27 au 30 avril 2017, à l’hôtel Radisson Aéroport de Vancouver.

Nouveauté en 2017 : l’invitation s’adresse aussi aux officiels certifiés de Niveau 2 et à tous les professionnels de la PGA du Canada!

L’objectif consiste à rassembler les bénévoles et les membres du personnel des principales associations de golf au Canada pour discuter d’importantes questions touchant l’administration de tournoi et les compétitions de golf. En outre, ce sera l’occasion d’harmoniser les initiatives concernant les compétitions de golf et les sujets connexes au Canada (c’est-à-dire les normes et les politiques relatives aux championnats) tandis que nous nous efforçons de fournir le meilleur environnement possible à nos membres.

L’assemblée aura l’occasion d’entendre des administrateurs de tournoi et des officiels des règles les plus réputés du Canada, ainsi qu’un invité spécial du R&A.

Sujets couverts

NOTE : Les participants auront la chance de passer l’examen des règles du golf des niveaux 3 ou 4 durant le séminaire.

Cliquez ici pour vous inscrire à TARS 2017

Séminaires sur les règles du golf de Niveau 4

Outre notre Atelier sur l’administration de tournoi et les règles, des séminaires de Niveau 4 de Golf Canada auront lieu à la grandeur du pays :

Calgary, AB (en anglais)
31 mars – 2 avril

Oakville, ON  (en anglais)
31 mars – 2 avril

Montréal, QC (en français)
21-23 avril

St. John’s, T.-N.-L. (en anglais)
21-23 avril

Richmond, C.-B. (TARS)
27-30 avril

Séminaires sur les règles du golf de Niveau 3

Pour de plus amples informations sur les séminaires sur les règles de Niveau 3, veuillez visiter le site Web de votre association provinciale ou contactez Mary Beth McKenna à mmckenna@golfcanada.ca.

Cliquez ici pour visualiser le Cheminement éducatif en matière de règles (format PDF).

Blog

« Un privilège que le plus grand sportif au monde ait été un golfeur! » – Colin Montgomery

Colin Montgomerie (Phil Inglis/Getty Images)

On ne sait pas comment Colin Montgomery s’organise dans la gestion du temps pour l’achat de ses cadeaux à Noël, mais sachez toutefois qu’il est très en avance dans la préparation de son agenda 2017.

Avec un gros neuf mois d’avance, celui qui fut huit fois champion de l’Ordre du mérite de fin d’année au Circuit européen nous annonçait ces derniers jours, via appel-conférence de Londres, son retour à Victoria à la mi-septembre prochain afin d’ y défendre son titre au Championnat Pacific Links Bear Mountain inscrit au Circuit des Champions.

Aussi sélectionné à huit reprises à titre de joueur à la Coupe Ryder, Monty y avait comblé un déficit de trois coups en scellant avec 67 et -15 au total avant de l’emporter au troisième trou éliminatoire devant Scott McCarron le jour du décès du roi du golf Arnold Palmer à l’âge de 87 ans.

« Arnie avait un message pour moi aujourd’hui sur le terrain », avait déclaré le deuxième boursier chez les 50 ans avec des gains de 1 723 318 $ après avoir calé un roulé de 15 pieds pour un oiselet et les grands honneurs incluant le chèque de 375 000 $.

Curieusement, il s’agissait de sa première victoire lors d’un tournoi régulier, ses trois précédentes étant survenues lors de rendez-vous du grand chelem.

« Des tournois de trois jours s’avèrent souvent une affaire de jeu sur les verts davantage que toutes autres choses », mentionne-t-il à propos de la situation.

UNE CHANCE UNIQUE

Colin Montgomery a été questionné à propos de divers sujets, dont Tiger Woods.

Et ce n’était pas pour jaser du nouveau contrat du Tigre pour jouer les balles Bridgestone maintenant que Nike s’est retiré de la fabrication d’équipement au golf, mais de son impact sur son sport.

Avec le recul de ses 53 ans, Monty est absolument reconnaissant.

« Il a été phénoménal. Nous avons été très chanceux de pouvoir être témoin de l’ère Tiger », commente-t-il.

Bien sûr, il y a les bourses. Il a enrichi tout le monde dans son sport.

Cela dit, l’admiration va bien au-delà des $$$.

« Nous avons été absolument privilégiés que le plus grand sportif de la planète ait été un golfeur grâce à Tiger », poursuit-il.

Monty en rajoute.

« Et nous demeurerons encore chanceux de le voir revenir en action en étant toujours épris de la compétition. »

ÉLOGE À BEAR MOUNTAIN ET UN CALIBRE PLUS RELEVÉ EN 2017

Membre du Panthéon mondial depuis 2013 et vainqueur de 50 tournois, Colin Montgomery a adoré son passage sur le parcours Bear Mountain, dessiné par Jack Nicklaus comme le laisse deviner le nom.

« Il faut avoir une imagination extraordinaire pour créer un test de golf de la sorte. Il y a souvent des trous plus faibles sur un terrain. Ici, il n’y en a aucun », affirme-t-il.

Enfin, Monty se montre particulièrement positif à l’égard de la deuxième présentation du Championnat Pacific Links avec, précisons-le, le Montréalais David Skitt à la barre, et qui avait attiré 27 000 spectateurs.

« Davis Love III (il a terminé son implication en Coupe Ryder) sera plus actif. Un favori des foules partout où il passe, Fred (Couples) est de retour en santé. En plus, David Toms (en janvier) et Steve Stricker (en février) auront bientôt 50 ans, ce qui donne là tout un “foursome” juste avec eux », spécifie-t-il.

Merci Colin Montgomery et Joyeuses Fêtes!

AUSSI UN CHAMPION DANS LES REMERCIEMENTS DES FÊTES

Dans la catégorie des cartes de Noël électroniques, il y a celle de Marc-Étienne Bussières.

Le gagnant plus tôt ce mois-ci du trophée Mike Weir à titre de joueur de l’année à la PGA du Canada et aussi précédemment couronné champion canadien individuel et en duo (avec Dave Lévesque) partage le succès de son année de rêve avec son entourage.

Il tient à remercier son entraîneur Roger Lauzon, son employeur Marc Viens, les membres de LongChamp, ses parents et sa compagne Andrika pour le support.

C’est fait!

NOS JUNIORS À MILBY L’AN PROCHAIN

Puisque 2017 est à la distance d’un coup de fer numéro cinq tellement c’est maintenant proche, allons-y déjà avec une annonce en prévision de l’an prochain.

Golf Canada et le club Milby se sont entendus pour la présentation du tournoi Premiers élans CN du 1er au 4 juin.

Pro à Milby, Guy Faucher évoque l’ajout possible du retour des pros. Il reste toutefois l’entente à finaliser.

RETOUR BIENTÔT DE NOTRE REVUE EN FORMULE QUIZ

Quelles marques Henrik Stenson a-t-il fracassées au grand chelem cette année? Qui avait été le précédent Québécois à remporter le Championnat canadien chez les amateurs avant Hugo Bernard, d’Équipe Canada, l’été dernier? Qui est sorti victorieux de l’Omnium canadien RBC?

La réponse à toutes ces questions et bien d’autres suivront ces prochains jours avec le retour de notre revue de l’année en formule quiz que vous nous avez dit avoir beaucoup appréciée dans le passé.

Seize questions pour évaluer si vous avez bien suivi votre golf en 2016 demeureront en ligne pour la durée des Fêtes.

À très bientôt!

Blog

Tour du chapeau pour Marc-Étienne Bussières qui reçoit le trophée Mike Weir

Marc-Étienne Bussières (PGA du Canada)

Marc-Étienne Bussières termine l’année 2016 comme il l’a menée sur la scène canadienne, c’est à dire sur la plus haute marche du podium.

La PGA du Canada décerne au représentant du club LongChamp le trophée Mike Weir qui va au joueur par excellence de son organisation.

Cette haute distinction complète le tour du chapeau pour le Sherbrookois d’adoption après avoir appris son golf à Gatineau sous la tutelle de Guy Beaulieu avant son passage à la NCAA avec l’Université d’Alabama.

Bussières a été double champion national au jeu cette année.

Il avait précédemment enlevé le championnat M. Lube de la PGA du Canada à Victoria au mois de juin en survolant littéralement la compétition.

Après avoir terminé premier de la qualification, il a remporté ses quatre matchs disputés sous la formule au jeu par trou.

Aux Bermudes, à la fin octobre, il a jumelé ses efforts à ceux de Dave Lévesque, de la Vallée du Richelieu, pour s’adjuger cette fois le championnat Nike en équipe de la PGA du Canada.

Entre les deux, Bussières a terminé 3e au Championnat de la PGA des pros de club d’Europe en Bulgarie.

Qui sait ce qui serait survenu si les ondées n’avaient pas tronqué la présentation de quatre à trois jours?

Il sera honoré le 25 janvier à Orlando lors de la soirée du Canada dans le cadre de la méga exposition des manufacturiers de golf.

D’ici là, nos plus sincères félicitations à Marc-Étienne Bussières et aux autres lauréats.

LE PRO PAR EXCELLENCE AU PAYS EST UN ANCIEN JUNIOR… DE ROYAL MONTRÉAL

Des ex-Montréalais sont aussi dans les honneurs dans les prix de la PGA du Canada.

Un ancien junior et amateur du club Royal Montréal, Alan Palmer, a été nommé le professionnel de club par excellence au pays.

Installé à Vancouver, Alan est à la barre du réputé club Shaughnessy.

Le gagnant du prix Murray-Tucker a entrepris sa carrière professionnel come adjoint à Elm Ridge, ce club voisin de Royal Montréal.

Entre Montréal et Vancouver, il a servi aussi dans ce rôle au célèbre Country Club de Brooklyn, en banlieue de Boston, et au mythique club Augusta National, hôte du Tournoi des maîtres.

Bravo à Alan et au paternel Denzil pour qui le golf québécois se réjouit. Ce dernier est l’efficace directeur général à Royal Montréal!

D’AUTRES HOMMAGES À D’EX-MONTRÉALAIS

Félicitations aussi à Bob Weeks, lequel obtient le prix George-Cummings pour les services rendus au golf canadien. Très longtemps associé au magazine ScoreGolf avant de joindre TSN, Bob a vécu à Montréal durant sa jeunesse.

Par ailleurs, mentionnons l’élection d’Alvin Thompson, Bob Cox et Lorie Kane au Panthéon de la PGA du Canada.

Un ancien au circuit de la PGA du Canada, Thompson a déjà été lié au club Hillsdale, dans les Basses-Laurentides.

Un autre ancien de Royal Montréal dirigeant dorénavant une académie à son nom, Henry Brunton, s’est adjugé le trophée George-Knudson à titre d’enseignant de l’année.

Une mention spéciale à Derek Ingram, à la tête du volet masculin d’Équipe Canada, à qui est décerné l’hommage Ben-Kern comme entraîneur par excellence.

ELLE SERA QUOI LA SUITE AU QUÉBEC???

Une question de 200 000 $ : que se passe-t-il avec le volet de la PGA du Québec ou de ce qu’il en reste? Il faudra bien que quelque chose survienne après les déboires que beaucoup trop ont accepté de voir venir.

Fin de l’éditorial qui s’impose puisque des monuments comme Adrien Bigras, le regretté Jack Bisseger et Daniel Talbot et sûrement d’autres méritent d’être mis en nomination MAINTENANT!

DEBBIE AU CLUB DES AS

Debbie Savoy-Morel a toujours aussi bon œil, et plus essentiel, un élan toujours solide.

André Rousseau nous apprend dans son blogue que la professionnelle du Mirage a réalisé un trou d’un coup au Mexique.

BONNE RETRAITE, CAM!

Un des chroniqueurs les mieux branchés dans le sport canadien incluant le golf, Cam Cole, se prépare à quitter la chaîne de journaux Postmedia.

Après 41 ans, celui que l’on peut lire à Montréal dans le quotidien « The Gazette » fera ses adieux vendredi. Très important, le choix du départ est le sien.

MICHEL LACROIX FAIT LA PUB DE… MICHEL THERRIEN

Profitant du long voyage du Canadien, Michel Lacroix s’est accordé un congé (bien mérité) pour aller jouer au golf plutôt que juste le commenter. Il revient en bonne humeur.

Malgré de bonnes parties, il dit : « Il y quand même quelques balles du tournoi Michel Therrien qui vont passer l’hiver à Palm Springs! »

SOS CADEAUX…

Ajoutez Sylvie Schetagne à votre liste de secours advenant que vous soyez en panne d’idées cadeaux.

Elle propose via internet l’achat de cours de son école Golf Tonus.

Blog Règles et situations de jeu

Les instances du golf annoncent une nouvelle règle locale

Golf Canada, à titre d’organisme directeur du golf au pays et de concert avec le R&A et la United States Golf Association (USGA), annonce une nouvelle règle locale qui entrera en vigueur le 1er janvier 2017.

Golf Canada jouit d’une position unique comme seul autre organisme directeur du golf à siéger au Comité conjoint des règles en compagnie du R&A et de la USGA.

La nouvelle règle locale, qui sera adoptée officiellement par notre Comité des règles et du statut d’amateur lors de l’assemblée générale, sera intégrée aux Règles locales d’application générale de Golf Canada.

Si un comité veut mettre en application cette règle locale, le texte qui suit est recommandé :

« Les règles 18-2, 18-3 et 20-1 sont amendées comme suit :

Lorsque la balle d’un joueur repose sur le vert, il n’y a pas de pénalité si la balle ou le marque-balle est déplacé accidentellement par le joueur, son partenaire, son adversaire ou par l’un ou l’autre de leurs cadets ou équipement.

La balle ou le marque-balle déplacé doit être replacé tel que prévu dans les règles 18-2, 18-3 et 20-1.

Cette règle locale s’applique seulement si la balle ou le marque-balle du joueur repose sur le vert et que tout déplacement est accidentel.

Note : Si on détermine que le déplacement de la balle du joueur sur le vert a été causé par le vent, l’eau ou tout autre effet naturel comme la gravité par exemple, le joueur devra jouer la balle de son nouvel emplacement. Un marque-balle déplacé dans de telles circonstances est replacé ».

Ci-dessous un vidéo-clip de la USGA (en anglais) :

Cliquez ici pour une explication détaillée de la nouvelle règle locale, incluant diagrammes, vidéos et FAQ, donnée par le R&A (site anglais).

Pour plus de détails concernant les Règles du golf et le programme de formation sur les règles de Golf Canada, cliquez ici.

Blog

Mackenzie Hughes sait dire merci

Mackenzie Hughes (Hunter Martin/Getty Images)

Mackenzie Hughes, golfeur canadien et récent vainqueur de la Classique RSM à seulement son cinquième tournoi comme membre à part entière de la PGA, est à la fois un très bon golfeur comme en témoigne son succès obtenu après une prolongation à cinq, mais aussi une personne très, très bien.

Suite à une chronique sur le jeune champion qui vient d’avoir 26 ans à la fin novembre, Marcel-Paul Raymond, président de Golf Québec, a tenu à témoigner d’une expérience personnelle à propos de Hughes, un participant au Championnat canadien amateur de 2009 tenu à son club Le Blainvillier qui mérite d’être partagée.

«Pour te montrer la classe du jeune homme, j’ai ressorti la carte qu’il avait envoyée au Blainvillier suite à sa participation», m’écrit Raymond.

Dans un message qu’il a pris la peine d’écrire à la main SVP pour faire encore plus personnel, Hughes remercie et vante Le Blainvillier.

En bref, il raconte que le championnat au Blainvillier a été la meilleure organisation des trois championnats nationaux de la catégorie auxquels il a participés. Il vante les membres et le personnel pour leur façon de recevoir de même que le site de haut niveau en souhaitant d’autres grands événements au Blainvillier.

Voici d’ailleurs la reproduction de la carte de Hughes qui, spécifions-le, a 19 ans à l’époque.

o_3857128bb5e89e94_003

LE SEUL À REMERCIER…

«C’est la seule carte que nous avions alors reçue des 156 joueurs du tournoi et elle venait de Mackenzie», précise Marcel-Paul.

Un Ontarien de Dundas, dans la région d’Hamilton, Mackenzie Hughes a gagné deux fois le championnat canadien chez les amateurs en 2011 et 2012, mais pas celui du Blainvillier en 2009.

Cette année-là, rappelle le président de Golf Québec, Nick Taylor, alors numéro un chez les amateurs au monde et depuis aussi vainqueur à la PGA lors de la Classique Sanderson Farms, était présent. Le numéro deux Matt Hill était là aussi tout comme l’équipe d’Australie et celle de Nouvelle-Zélande, dont Ryan Fox qui a représenté la Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques et à la Coupe du Monde à Melbourne.

«C’est bien se remémorer les bons souvenirs!», termine Marcel-Paul Raymond.

C’est plus le cas lorsque le retour dans le passé met en valeur un champion de la vie aussi.

TIGER : LA FLAMME EST TOUJOURS LÀ!

Saviez-vous que Hideki Matsuyama, le meilleur golfeur de la planète en cette fin d’année, a remporté le tournoi Hero Challenge?

On pose la question parce que tous les yeux y étaient tournés vers Tiger Woods.

L’attention est tout à fait normale même si le Tigre a terminé 15e sur 17 inscrits à -4 et donc à 14 coups du Japonais.

Après 16 mois et très exactement 446 jours d’éclipse complète de la compétition, l’intérêt ou la curiosité se comparent au retour de Muhammad Ali. Ou des Beatles s’ils étaient revenus…

Que penser de l’état de son jeu et aussi à quel niveau se situe son jeu?

Tiger est toujours capable de jouer comme en témoigne son 65 en deuxième tour.

Il possède encore son répertoire élaboré de coups comme l’indiquent ses 24 oiselets pour le plus fort total incluant Matsuyama.

Mais à ne pas en douter, Tiger a encore énormément de travail à faire.

Son absence n’a pas suffi à se débarrasser de son inefficacité de plus en plus chronique des tertres de départ. Du moins pas encore.

De plus, il commet tellement trop d’erreurs. On n’évoque pas ici que ses trois double bogeys en quatre jours au 18e.

Même si le compte est de 2-2 dans les plus et moins, il y a plus de positif chez Tigre quoiqu’il n’ait pas retrouvé ses griffes.

Un, son «vieux» corps (il aura 41 ans le 30 décembre) a tenu le coup pendant 90 trous incluant le pro-am. Et deux, il a gardé son p’tit caractère.

Je n’ai jamais été un pro crisettes au golf. Mon mentor Gilles Bourassa ne tolérait pas que ses juniors fassent des frasques. Mais dans le cas de Tiger, il y a de quoi de rassurant. Son tempérament, en ce sens qu’il montre que la flamme est toujours vivante en dedans en dépit des trop nombreuses occasions de l’éteindre, n’a pas changé depuis son dernier grand chelem remontant à 2008.

À propos de Hideki Matsuyama, mentionné en début de chronique, retenez bien le nom du jeune homme de 24 ans en 2017. Il vient de ravir quatre de ses cinq derniers tournois!

PROMOTION POUR CHRISTIAN HAMEL

Moins d’un an après son arrivée dans l’organisation de ClubLink, Christian Hamel gagne du galon.

Après une saison à Val-des-Lacs, il devient le patron au club lavallois Islesmere.

Auparavant longtemps associé à BelleVue et Hemmingford, Christian Hamel est ex-président de l’Association des directeurs généraux des clubs du Québec.

o_3857128bb5e89e94_003
Blog Notes de Golf Canada

Un gros merci à nos membres

(Chuck Russell/ Golf Canada)

Je profite de la fin de la saison de golf 2016 pour vous remercier de soutenir le golf par le truchement de votre adhésion à Golf Canada et à votre association de golf provinciale.

Les cotisations que vous avez versées en 2016 sont réinvesties dans le golf :

 

Il est réjouissant d’avoir vu de si nombreux membres s’impliquer dans le golf cette saison :

Les athlètes d’Équipe Canada ont continué de s’illustrer sur la scène internationale. Exemples : Jared du Toit offre une performance étincelante lors de l’Omnium canadien RBC; Hugo Bernard est couronné champion amateur du Canada pour la première fois; Mackenzie Hughes connaît une saison exceptionnelle avec des victoires sur le Circuit Web.com et le PGA TOUR; Brooke Henderson devient la première Canadienne à gagner un championnat majeur depuis Sandra Post en remportant le Championnat de la LPGA KPMG; Brooke Henderson, Alena Sharp, David Hearn et Graham DeLaet représentent fièrement le Canada à Rio de Janeiro où le golf revient dans le giron olympique après une absence de 112 ans.

Golf Canada et les associations de golf provinciales investissent dans la santé générale du golf, ce qui ne serait pas possible sans la contribution des membres. Les initiatives dues aux cotisations visent à créer une nouvelle génération de golfeurs et de passionnés de golf pour assurer la vitalité de ce sport.

Merci de votre soutien continu à ce grand sport qu’est le golf.

Salutations cordiales,
Scott


Vous n’êtes pas membre de Golf Canada? Cliquez ici pour en apprendre davantage.