Brooke Henderson LPGA

Les soeurs Henderson séparées pour la première fois depuis 2016 !

LOS ANGELES, CALIFORNIA - APRIL 23: Brooke M. Henderson and her caddie line up to putt on the 18th green during the third round of the HUGEL-AIR PREMIA LA Open at Wilshire Country Club on April 23, 2021 in Los Angeles, California. (Photo by Meg Oliphant/Getty Images)

En parallèle de l’Omnium des Etats-Unis, ajoutons Brooke Henderson dans la catégorie à surveiller alors qu’elle se présente pour défendre son titre au tournoi Meijer de la LPGA à Grand Rapids.

De fait, la native de Smiths Falls, en Ontario, y va pour le tour du chapeau y ayant déjà été gagnante en 2007 en plus de 2019.

La semaine dernière, la gagnante de 10 tournois à la LPCA à 23 ans seulement s’était retirée avant le début à Los Angeles pour des raisons autres que la Covid-19.

Une histoire de travail 

Pour la première fois depuis le début de 2016, Brooke sera séparée de sa sœur aînée Britanny qui n’a pas fait le voyage. 

Il s’agit d’un problème de permis de travail, le sien prenant fin le 15 juin. 

Une ancienne titulaire du Québec dans les rangs juniors, Britanny est maintenant mariée à un Américain. Zach Stepanik est du département des communications de la LPGA.

Les papiers sont à refaire puisque le couple est installé à Naples, en Floride, au lieu d’être simplement renouvelés, ce qui provoque le délai en souhaitant qu’il ne s’étire pas trop. 

Brooke Henderson

Brooke Henderson se prépare un peu différemment à l’approche d’un tournoi

Brooke Henderson
Brooke Henderson (Bernard Brault/ Golf Canada)

Habituée à un rythme effréné de près de 30 tournois par saison, Brooke Henderson n’en a disputé que 10 l’an dernier, en raison de la pandémie.

L’Ontarienne de 23 ans a tout de même vu un bon côté à une cadence au ralenti.

« Les pauses entre les tournois ont un peu changé ma façon de me préparer, a dit Henderson. J’ai appris à doser mes énergies pour quand même réussir à bien jouer. »

La Canadienne est à Lake Buena Vista en Floride, où débutera jeudi le Tournoi des championnes de la LPGA.

Henderson a fini septième au Championnat du circuit peu avant Noël, puis elle a passé les Fêtes au pays, avec sa famille. La neige ne manquait pas à Smiths Falls et combiné à l’isolement requis, elle s’est peu entraînée.

« En même temps, ç’était assez plaisant d’avoir une pause, de me sentir rafraîchie pour 2021, si on veut », a t-elle confié.

Le Tournoi des championnes compte 25 joueuses et 50 célébrités, sans qualification pour le week-end.

Henderson a jasé brièvement avec l’ancien des Blue Jays de Toronto Josh Donaldson, avec qui elle va jouer jeudi.

« C’est amusant de voir toutes les vedettes, a t-elle dit. C’est une atmosphère différente des tournois habituels. »

Classée sixième au monde, Henderson a fini six fois dans le top 10 la saison dernière.

« Je suis très fière de faire partie du top 10, a dit Henderson. Dans l’immédiat, je n’ai pas particulièrement comme but d’essayer de devenir numéro 1.

« C’est sûr que j’aimerais grimper au classement, mais j’y vais un tournoi à la fois. Si j’ai l’occasion de lutter pour être numéro 1, je vais faire de mon mieux, c’est certain. »

Brooke Henderson

Brooke Henderson remporte le Prix des fondatrices au Gala de la LPGA

Brooke Henderson wins Founders Award
Brooke Henderson (Sam Greenwood/Getty Images)

NAPLES, Floride — Confortablement vêtue d’une combinaison fleurie et avec ses parents dans l’assistance, Brooke Henderson a ajouté un autre honneur à sa collection de trophées.

La golfeuse âgée de 22 ans a remporté le Prix des fondatrices 2019 lors de la cérémonie Rolex LPGA Awards jeudi soir à Naples, en Floride, un événement tenu dans le cadre du championnat CME Group Tour.

Le Prix des fondatrices est une distinction qui fut rebaptisée en 2019. Anciennement connu sous le nom de Prix William & Mousie Powell, cette appellation fut changée cette année afin d’honorer les 13 fondatrices de la LPGA.

Henderson a déclaré à golfcanada.ca que cet honneur était « extra spécial » puisque la gagnante du prix résulte d’un vote auprès des golfeuses du circuit de la LPGA. Le prix est remis chaque année à une personne « dont le comportement et les agissements exemplifient le mieux l’esprit, les idéaux et les valeurs de la LPGA ».

Gagnante à neuf reprises sur le circuit de la LPGA, elle confie avoir découvert qu’elle figurait parmi les nominées lors d’une assemblée des joueuses de la LPGA, et que le fait que ce soient elles qui l’ont élue était « assez folle ».

« Cela veut dire beaucoup (pour moi) » a avoué Henderson. « Je passe tellement de temps avec ces filles que c’est vraiment un grand honneur de recevoir le Prix des fondatrices. »

« Être évoquée dans le même souffle qu’elles… leur passion, leur persévérance et ce qu’elles ont accompli avec ce circuit, c’est extraordinaire. C’est vraiment cool pour moi. »

Cela devient presque une habitude pour Henderson en 2019 de remporter un trophée par voie de scrutin

Plus tôt cette année, elle est devenue la première golfeuse canadienne à remporter un prix ESPY (« Meilleure golfeuse ») et en octobre, elle a remporté le Prix du choix du public remis par le Panthéon des sports canadiens — un nouveau prix conçu pour honorer de « futurs membres du Panthéon qui sont des héros de leur sport, mais aussi des héros dans leur communauté. »

« Cette année a été vraiment folle pour ce qui est des honneurs (que j’ai reçus). Je ne m’attendais à aucun d’entre eux », confie Henderson tout en affichant ce sempiternel sourire. « D’avoir reçu ces prix, c’est juste incroyable. Je suis honorée, touchée… et c’est un sentiment incroyable. »

Henderson, qui partageait une table avec Lexi Thompson et les dirigeants de Rolex lors du gala de remise des prix, a remporté deux gains en 2019. Sa victoire à la Classique Meijer LPGA était la neuvième de sa jeune carrière, ce qui est plus qu’aucune autre Canadienne ou Canadien de l’histoire de la LPGA ou du PGA Tour.

« Ce prix décerné à Brooke est peut-être l’un des plus spéciaux, car il a été attribué après un vote de ses pairs et nous sommes vraiment impressionnés et ravis que Brooke soit ainsi reconnue. Nous savons à quel point elle est spéciale, » a déclaré le chef de la direction de Golf Canada, Laurence Applebaum. « C’est formidable pour elle, pour sa famille et pour le golf canadien dans son ensemble. »

La golfeuse de Smiths Falls, Ontario, est devenue un véritable moteur pour inspirer les jeunes golfeuses et golfeurs à travers le pays. Et d’ailleurs, en Floride cette semaine, on aperçoit de nombreuses jeunes filles coiffées d’une visière et portant la queue de cheval tout comme Henderson déambulant près du parcours. Henderson affirme que de pouvoir évoluer devant des compatriotes canadiens peu importe où elle joue la rend encore plus reconnaissante de cet appui.

Henderson confie qu’elle est bien consciente de son rôle et qu’elle est heureuse d’avoir la possibilité d’être une source d’inspiration, non seulement en raison de ses performances record sur le parcours de golf, mais également hors du parcours.

« J’essaie toujours de devenir un meilleur golfeur, mais je m’efforce aussi de devenir une meilleure personne tous les jours, » dit Henderson. « Lorsque vous travaillez fort et que vous vous concentrez sur la réalisation de certains objectifs, de bonnes choses se produisent. Cette année en est la preuve. »

Jin Young Ko, gagnante de l’Omnium féminin CP 2019, a été la grande gagnante de la soirée, en remportant le prix Rolex Annika Major et le prix de Joueuse de l’année Rolex. Avec seulement trois rondes restant à disputer dans la saison de la LPGA, elle a aussi pratiquement bouclé le trophée Vare (pour la meilleure moyenne de pointage).

Henderson est à égalité au cinquième rang après la première ronde du championnat CME Group Tour.

Brooke Henderson

Henderson remporte le Prix du public du Panthéon des sports canadiens

Brooke Henderson
Brooke Henderson (Chuck Burton/Getty Images)

Brooke Henderson a ajouté à son impressionnante collection d’honneurs, mercredi, en recevant le premier Prix du public remis par le Panthéon des sports canadiens.

Ce prix a été créé pour « Reconnaître les futurs membres du Temple de la renommée qui sont des champions de leur sport et de leur communauté. »

L’athlète de 22 ans originaire de Smiths Falls, en Ontario, a connu une autre campagne remarquable sur le circuit de la LPGA, décrochant son neuvième titre à la Classique Meijer de LPGA, devenant ainsi la golfeuse ou golfeur la plus décorée de l’histoire, qu’il s’agisse des circuits de la LPGA ou de la PGA.

Henderson est une ardente défenderesse des œuvres caritatives et de la participation communautaire, jouant un rôle important en tant qu’ambassadrice de la campagne CP a du cœur du Canadien Pacifique. À l’Omnium féminin CP de 2019 disputé à Aurora, en Ontario,  elle fut la tête d’affiche d’une collecte de fonds qui a permis de recueillir 2,2 millions de dollars pour la Fondation SickKids. Elle a également participé à de nombreuses cliniques et événements caritatifs tout au long de l’année.

Brooke fut nommée athlète féminine de l’année par la Presse canadienne en 2015, 2017 et 2018. Elle a également remporté les honneurs du prix ESPY 2019 saluant la meilleure golfeuse.

Brooke Henderson

La question n’est pas si Brooke va regagner, mais combien de fois elle le fera 

Brooke Henderson (Bernard Brault, Golf Canada)

Si une personne a pu quitter dimanche soir l’’Omnium canadien CP au club Magna au nord de Toronto la tête bien haute en plus de la championne Jin Young Ko, c’est bien Brooke Henderson.

Elle n’a pu défendre son titre de l’an dernier à Regina, mais il n’existe surtout pas de gêne être détrônée par une joueuse numéro un au monde avec quatre succès cette année et un putter en feu durant la semaine pour une fiche record de 26 sous la normale en ne commentant pas un seul boguey pendant la durée.

À noter que la Coréenne a reçu son trophée de Charlie Beaulieu, le président de Golf Canada qui est du Mirage.

Et que dire de la pression de jouer à la maison pour Brooke, qui a bouclé 3e à moins dix-neuf.

En plus d’être ultra-talenteuse, Brooke a encore montré son cran samedi avec sa formidable séquence qui lui a fait retrancher neuf coups au par en onze trous pour un éblouissant 29 au dernier neuf.

De toutes les filles à la LPGA, elle s’avère la plus énergique au jeu cela avec le sourire ce qui ajoute à l’image de son sport et l’affection que lui retourne le public.

S’il a fallu quarante-cinq années avant que Brooke devienne à Régina l’an passé la première Canadienne depuis notre Jocelyne Bourassa à remporter le titre national, on peut bien patienter après tout une petite année à Vancouver en 2020, la question n’étant plus de savoir si Brooke Henderson va l’emporter de nouveau, mais combien de fois la surdouée de 21 ans (elle en aura va 22 le 10 septembre) va-t-elle encore triompher.

Birdie spécial

Le prix cette semaine va au service météorologique de la PGA. Après avoir activité la sirène d’alerte samedi à 16h 17 au Championnat du circuit à Atlanta pour évacuer d’urgence les spectateurs, la foudre a frappé un arbre de 60 pieds dont les débris ont blessé six personnes, dont cinq conduites à l’hôpital et très heureusement libérées.

Il y a un message fondamental à retenir, soit de quitter tout de suite lors d’un avertissement plutôt que de courir le risque inutile de tenter finir le trou même à la course.

Les Européens vont-ils régler le cas du jeu lent?

La PGA d’Europe fait preuve d’un beau geste en s’attaquer directement à cette véritable calamité du golf: le jeu trop lent.

De façon d’activer le déroulement, Keith Pelley, un ancien de TSN (RDS) et des Jeux olympiques à Vancouver devenu commissaire du golf outre-mer, coupera en 2020 de trois à deux les avertissements avant d’imposer la pénalité d’un coup. Avec des exemples comme une ronde à l’Omnium du Maroc qui a pris 5h30 à elle seule, et Bryson Dechambeau qui mis 2h30 avant de faire son roulé, reconnaissons ensemble qu’il y a péril dans la demeure et de la très grosse «job» à faire.

Est-ce que quelqu’un a dit aux pros que la nouvelle règle R&A et USGA en vigueur depuis le 1er janvier stipule une limite de 40 secondes par coup?

Aux grands maux, les grands moyens et personnellement, je suis davantage de l’école de Rory McIlroy plus drastique avec sa théorie qu’un avertissement soit suivi immédiatement de la pénalité. Bref, pas de niaisage.

En passant, que fait la PGA en Amérique? Comme principale vitrine du golf, elle a la responsabilité N-O-W.

Brooke Henderson Omnium féminin CP

Brooke Henderson est dans la course à l’Omnium féminin canadien

PHOTO BERNARD BRAULT, Golf Canada

AURORA, Ont. Après que Brooke M. Henderson eut réussi un oiselet au 15e fanion, vendredi, elle a observé ses notes et elle a regardé ses partenaires de groupe de jeu Stacy Lewis et Min-Jee Lee terminer le trou.

Une petite voix l’a appelée et la Canadienne s’est retournée, frottant le poing avec un jeune partisan vêtu en rouge et blanc. Par la suite, Henderson a repris le travail pour rester dans la lutte pour le premier rang de l’Omnium féminin canadien de golf.

« Parfois, tu vois un jeune partisan sourire et ça te sort du moment pour un instant, a déclaré Henderson sur le vert d’entraînement du club de golf Magna. J’ai le sentiment que c’est bon. On pourrait dire que ça te ramène sur terre. Les partisans ont tellement confiance en moi et je crois que ça m’inspire un peu. »

Henderson, la championne en titre du tournoi, a remis une carte de 69 (moins-3) lors de la deuxième ronde, montrant un pointage cumulatif de moins-9. Elle accuse trois coups de retard derrière la Danoise Nicole Broch Larsen, qui a réussi une deuxième ronde consécutive de 66.

La compétition est très relevée cette semaine, alors que 96 des 100 golfeuses ayant amassé le plus d’argent cette année sont présentes. Ça ajoute de la pression à Henderson, qui est devenue la première Canadienne en 45 ans à gagner ce tournoi national.

« Je suis heureuse avec mon classement. Je suis près de la tête même si je sais que j’aurais pu mieux jouer aujourd’hui, a mentionné Henderson. J’ai confiance que je peux connaître une séquence d’oiselets demain. Je suis excitée de m’élancer. »

La joueuse no 1 au monde, Jin Young Ko, accuse un coup de retard sur la meneuse après avoir ramené une carte de 67. Ko a remporté deux des cinq tournois majeurs du circuit de la LPGA cette saison, soit l’ANA Inspiration et le Championnat Evian.

« J’aime bien Brooke. J’espère qu’elle m’aime aussi, a dit Ko en riant. Nous avons une belle relation sur le circuit et elle m’aide beaucoup. »

Broch Larsen a terminé une seule fois au sein du top-10 cette saison. Il y a deux ans, elle avait terminé l’Omnium féminin canadien à égalité au troisième échelon après avoir partagé la tête en troisième ronde.

« J’ai l’impression que je suis encore plus confiante à cette position que je l’étais il y a deux ans, a expliqué Broch Larsen. Peu importe ce que les prochains jours amèneront, je suis très heureuse de mes deux premières rondes. »

Anne-Catherine Tanguay, de Québec, a aussi commencé la journée à moins-6. Cependant, elle s’est contentée d’un score de 74. Tanguay a toutefois limité les dégâts après avoir commis deux doubles bogueys et un boguey sur les quatrième, cinquième et sixième trous.

« Ç’a été un début très difficile. Je suis heureuse d’avoir pu remonter la pente, a souligné Tanguay. Je ne me sentais pas mal ce matin. C’était un peu surprenant de voir toutes ces erreurs en début de ronde. Je crois que je manquais un peu d’engagement dans mes décisions et peut-être que certaines d’entre elles étaient discutables. »

Michelle Liu, qui est originaire de Vancouver et âgée de 12 ans, a bouclé sa ronde en 82 coups et ne sera pas des rondes du week-end puisqu’elle se retrouve à plus-19. Elle est la plus jeune participante de l’histoire du tournoi et elle s’était qualifiée en étant la meilleure Canadienne au championnat amateur national plus tôt en août.

Brooke Henderson Omnium féminin CP

Brooke Henderson: dans une classe à part

Brooke Henderson (David Cannon/Getty Images)

La victoire de Brooke Henderson en juin dernier à la Classique Meijer de la LPGA fera partie de l’héritage légendaire que léguera la jeune golfeuse de Smiths Falls, Ontario. Il s’agissait pour elle d’un neuvième triomphe sur le circuit de la LPGA, ce lui a conféré la distinction d’être la golfeuse canadienne la plus titrée de l’histoire, tant en LPGA que sur le circuit du PGA TOUR.

Âgée de 21 ans seulement, il semble qu’Henderson est destinée à ajouter plusieurs autres titres à ce nombre record.

« Je vois plusieurs autres victoires à venir pour Brooke, je n’entrevois pas de ralentissement de sa part, » confiait Lorie Kane, son homologue ambassadrice du programme CP lors de la Journée des médias de l’Omnium féminin CP en juillet dernier.

« Elle frappe loin et elle a une touche magique avec son fer droit. Elle est aussi très solide au niveau mental. La somme de tout ça la rend très difficile à vaincre, » d’ajouter, à propos d’Henderson, celle qui a remporté quatre victoires en LPGA.

La prochaine occasion d’ajouter à ce total historique se présentera au Club de golf Magna, puisqu’elle y défendra son titre de championne 2018 de l’Omnium féminin CP.

« Quand on participe à un tournoi qu’on a déjà remporté, cela vous rappelle tellement de bons souvenirs et cela vous procure juste un peu plus de fébrilité et de motivation à l’approche de cette semaine-là. Portland était extrêmement spécial pour moi, car c’était l’endroit où j’avais remporté ma première victoire, et de pour y revenir et répéter l’exploit était fantastique, » relate Henderson.

« À l’approche de ce tournoi, j’essaie simplement de me remémorer tous ces bons souvenirs et de tenter de penser à l’énergie que mon procuré les spectateurs l’an dernier, » ajoute cet ex-membre de l’équipe nationale, qui est devenue la première golfeuse canadienne à gagner à la maison depuis que Jocelyne Bourassa avait accompli l’exploit en 1973.

Si elle demeure une source d’inspiration pour plusieurs à travers le pays en vertu de son succès, Henderson affirme qu’elle a puisé son inspiration d’un ancien coéquipier d’Équipe Canada.

« C’était très excitant d’être témoin de la victoire de Corey Conners plus tôt cette saison et cela m’a permis de me remettre en tête que je peux gagner moi aussi, » avoue Henderson.

Conners a signé sa première victoire en carrière sur le circuit PGA TOUR lors de l’Omnium Valero du Texas au début d’avril. Gagner ce tournoi signifiait que Conners n’aurait plus à se préoccuper d’avoir à se qualifier les lundis de tournois, puisqu’il aurait désormais un brevet complet du PGA TOUR valable jusqu’à la fin de la saison 2020-21.

« J’ai inscrit quelques résultats dans le top 10 plus tôt cette année, mais je ne faisais pas grand-chose, puis je l’ai vu et je me suis dit qu’il était tant que j’en fasse plus. Et cela m’a remis à l’ordre, » poursuit-elle.

Deux semaines après le triomphe qui a changé la vie de Conners, Henderson signait sa huitième victoire en LPGA lors du Championnat Lotte à Kapolei, Hawaii. Ce gain permettait à Henderson de défendre son titre de 2018 à Hawaii, tout en la permettant de rejoindre Sandra Post, Mike Weir et George Knudson pour le plus grand nombre de victoires professionnelles par un Canadien.

Et la suite est connue. À la mi-juin, au Blythfield Country Club de Grand Rapids, la golfeuse de 21 ans abattait le record en remportant la Classique Meijer de la LPGA.

En se remémorant ce triomphe, Henderson confie qu’elle fut inspirée par le succès qu’ont connu les Raptors de Toronto.

« C’était si excitant de les voir jouer. Ma famille regardait les séries éliminatoires et nous les encouragions à tous les matches et c’était très agréable de les voir jouer si bien, » dit Henderson.

« C’est une équipe remarquable qui a accompli quelque chose d’incroyable pour le Canada en entier. Ils ont remporté le championnat de la NBA juste avant que je signe ma victoire et je voulais juste que cet engouement se poursuive. D’obtenir ce neuvième titre en LPGA après cet événement était tout simplement très particulier. »

Henderson a reçu beaucoup d’appui à la suite de sa victoire historique. Parmi ceux qui se sont manifestés, on relève le premier ministre Trudeau, qui lui a relayé ses félicitations par l’entremise de Twitter. Elle a aussi reçu un texto de Wayne Gretzky la félicitant.

Puis le mois dernier, c’était le réseau ESPN qui lui remettait le prix ESPY de la meilleure golfeuse.

« Je me considère très chanceuse de m’être créé, grâce au golf, autant de relations et d’amitiés. Et je suis très reconnaissante du soutien que j’ai reçu, » avoue Henderson.

En considérant les choses dans leur ensemble, Henderson est bien au fait du riche héritage qu’elle est en voie de créer grâce au succès qu’elle connait sur le terrain et que cette immense popularité lui confère une tribune pour venir en aide à d’autres – et c’est une des raisons majeures pour laquelle elle est heureuse de son rôle d’ambassadrice du programme CP a du cœur.

« C’est une grande fierté et un honneur pour moi d’être une ambassadrice du CP. Je sais que le programme CP a du cœur a beaucoup progressé en matière de santé cardiovasculaire et de faire partie de CP a du cœur et du travail remarquable qu’ils accomplissent en aidant les gens, les enfants et les familles à se sentir mieux et à être en meilleure santé est vraiment incroyable, » souligne Henderson.

« J’ai la chance de pouvoir y participer encore une fois avec Lorie cette année. J’espère que nous récolterons une tonne d’argent lors de l’Omnium féminin CP et que nous aurons un impact positif sur encore plus de vies. »

L’objectif du programme CP a du cœur cette année est d’amasser 1,75 million de dollars durant l’Omnium féminin CP. Les fonds recueillis serviront à rénover une salle d’opération cardiaque à l’Hôpital SickKids. En outre, le CP prévoit également d’appuyer la communauté organisatrice du tournoi en 2019 avec un don de 250 000 dollars au Southlake Regional Health Center de Newmarket, en Ontario pour y soutenir l’unité de soins cardiaques pédiatriques.

Au cours de ses cinq années à titre de commanditaire principal de l’Omnium féminin CP, 8,5 millions de dollars ont été ainsi recueillis pour soutenir la santé cardiovasculaire des enfants au Canada.

Après avoir été ambassadrice du CP pendant ces cinq années, Kane est très heureuse de pouvoir compter sur Henderson.

« Nous ne pourrions avoir de meilleure partenaire que Brooke et tout le succès qu’elle connait sur le parcours de golf ne fait que contribuer à attirer davantage l’attention sur le travail important accompli par le programme CP a du cœur, » affirme Kane à propos d’Henderson, qui s’est joint à CP en tant qu’ambassadrice en 2017.

« Brooke assume ses responsabilités et fait ce qu’elle doit faire, c’est-à-dire d’être une personne tout à fait spéciale qui pratique un sport et qui encourage les jeunes à faire de même. »

Avec 156 des meilleures golfeuses en monde en lice pour lui ravir le titre de championne de l’Omnium féminin CP de 2019 au Club de golf Magna, Henderson devra faire face à une concurrence féroce dans sa quête de défendre son titre.

La jeune femme de 21 ans se dit toujours prête à relever le défi — et s’attend à ce que les passionnés amateurs canadiens qui seront à Aurora lui donnent l’avantage dont elle a besoin pour ajouter à son total record de victoires.

Cette année particulièrement, parce que je suis plus proche de chez moi, je m’attends à de grosses foules, » a déclaré Henderson.

« J’espère pouvoir nourrir et utiliser leur énergie pour me mettre dans une position telle que, lorsqu’arrivera le week-end, je serai en mesure de mener une charge et de hisser à nouveau ce trophée. »

Brooke Henderson

Sandra Post et Mike Weir sont heureux pour Brooke, qui les devance maintenant avec ses neuf titres

Brooke Henderson
Brooke Henderson (Amy Lemus/NurPhoto via Getty Images)

Brooke Henderson est maintenant la détentrice exclusive du premier rang au chapitre des victoires dans l’histoire du golf canadien. Ses prédécesseurs ont déjà hâte de voir jusqu’où elle ira.

La golfeuse de 21 ans originaire de Smiths Falls, en Ontario, a gagné la Classique Meijer dimanche pour établir un nouveau record canadien au chapitre des victoires dans le golf professionnel. Ce titre lui a permis de devancer Sandra Post, Mike Weir et George Knudson, qui ont tous signé huit victoires en carrière sur leur circuit respectif.

« Je savais que ça s’en venait », a dit Post lundi. La golfeuse, qui est membre du Temple de la renommée du golf canadien, a souligné qu’habituellement Henderson l’emporte par une marge écrasante, et non par un seul coup comme ce fut le cas aux dépens de Lexi Thompson, Nasa Hataoka, Su Oh et Brittany Altomare dimanche.

« Je ne voyais pas ce tournoi comme son éventuelle neuvième victoire, puisque dans ma tête c’était certain qu’elle allait l’obtenir. J’espère qu’elle va atteindre le plateau de 10 victoires en carrière, et qu’elle placera la barre la plus haute possible pour la prochaine Canadienne. »

Weir n’était pas préoccupé pour son record, lui aussi. Il s’est plutôt dit fébrile à l’idée d’observer une golfeuse qui a atteint son plein potentiel à un si jeune âge.

« Je ne porte pas vraiment attention aux records et aux choses comme ça, c’est plutôt réservé aux gérants d’estrade, a confié Weir, qui fait aussi partie du Temple de la renommée canadien. J’apprécie quelqu’un qui joue du bon golf, et j’apprécie l’excellence dans tous les sports. Quand tu vois un joueur qui se surpasse, qui se développe et qui repousse les limites de son sport, comme c’est le cas avec Brooke, alors c’est fabuleux à regarder. »

Même si les neuf victoires d’Henderson en carrière constituent un total impressionnant, elle est encore bien loin de la marque absolue du circuit de la LPGA.

Kathy Whitworth trône au sommet avec 88 titres sur le circuit de la LPGA. Sam Snead est le détenteur du record du côté masculin avec 82 victoires. Ce record pourrait cependant être surpassé bientôt, puisque Tiger Woods a enregistré sa 81e victoire sur le circuit de la PGA en s’adjugeant le titre du Tournoi des Maîtres ce printemps.

Néanmoins, Post, qui a gagné le trophée Lou Marsh en 1979 et le trophée Bobbie Rosenfeld en 1979 et 1980, a refusé de se plier au jeu des prédictions.

« Nous ignorons ce que réserve l’avenir dans ce sport, n’est-ce pas? Ce n’est pas une année olympique, ce qui est une bonne chose, a noté Post. Tout ce que je dis, c’est qu’elle aura une belle opportunité (de l’emporter). Mais c’est bien qu’on puisse la mentionner dans cette conversation. »

Weir, qui a reçu le trophée Lou Marsh en 2003 après avoir gagné le ‘Masters’, croit aussi qu’Henderson pourrait causer un coup d’éclat.

« Ses chances sont bonnes, elle joue très bien, a admis Weir. Il reste encore beaucoup de temps dans les autres sports, mais de toute évidence Brooke est seule en lice dans l’univers du golf, que ce soit sur le circuit masculin ou féminin, au pays. Elle est une candidate de choix. »

Brooke Henderson

Brooke Henderson vise d’autres titres à la veille d’une période fort occupée

Brooke Henderson
Brooke Henderson (Jonathan Ferrey/Getty Images)

DUNROBIN, ON – Même si Brooke Henderson profite d’un congé à la maison, elle est fin prête pour ce qui s’annonce comme une séquence fort accaparante.

La vedette canadienne du golf, qui a dirigé mardi une clinique pour les jeunes au profit de la Classique Kevin Haime Kids to the Course tenue mardi au Eagle Creek Golf Club, jouera six tournois consécutifs à partir de la semaine prochaine. Après une autre semaine de congé au terme de ce bloc, l’athlète de 21 ans originaire de Smiths Falls, en Ontario, disputera quatre autres épreuves consécutives.

Henderson sera également à Aurora, en Ontario, le 2 juillet, pour une apparition spéciale sur le site de l’Omnium féminin CP qui a lieu en août, un événement dont elle est championne en titre.

Bien qu’Henderson compte déjà une victoire cette année – sa huitième en carrière, obtenue au Championnat Lotte disputé à Hawaii, ce qui lui a permis d’égaler le record canadien de victoires sur les grands circuits – elle a aussi raté deux fois la coupe, ce qui, elle l’admet, n’est pas normal pour elle. Plus tôt cette année, Henderson a dû abandonner deux événements pour cause de maladie.

Malgré tout, elle affirme qu’elle est satisfaite de son année à date.

« Gagner, c’est agréable, » a-t-elle dit. « C’est amusant pour moi d’avoir ces objectifs, et ce sont des objectifs réalistes. C’est une séquence très occupée qui s’amorce et si je peux jouer selon mes capacités, je peux m’insérer dans la course. »

Henderson et sa sœur aînée Brittany ne rentrent pas trop souvent à la maison par les temps qui courent. Bien que leur famille habite toujours à Smiths Falls, la fratrie passe plus de temps dans une maison à Naples, en Floride. Mais même quand Brooke n’est pas dans la région, sa présence se fait sentir.

Kevin Haime exploite un terrain d’exercice dans le quartier ouest d’Ottawa et a mis en place une initiative de golf junior qui, au cours des 12 dernières années, a permis à de nombreux jeunes de devenir membres gratuitement. Il a déclaré que l’impact d’Henderson sur le golf junior au Canada est « incommensurable. »

« Les enfants l’idolâtrent carrément. Et pas que les filles. Les garçons aussi. Ce sont des adolescents, » confie-t-il. « Tout le monde pense que Brooke est géniale. »

Pendant la clinique, Henderson a raconté des anecdotes de son parcours sur le circuit de la LPGA et a donné des conseils aux jeunes golfeuses et golfeurs présents.

En ce qui a trait à sa propre carrière, Henderson a déclaré qu’elle tenterait d’améliorer son petit jeu lors des prochaines semaines.

Bien que son score moyen la place au quatrième rang du circuit de la LPGA, ses coups roulés lui ont causé quelques ennuis cette année. Elle changera de fer droit pour le Championnat Pure Silk de la semaine prochaine.

Henderson a déclaré qu’elle appréciait le parcours River Course au Kingsmill Resort de Williamsburg, en Virginie, où elle avait terminé quatrième en 2018.

« Le parcours est luxuriant et bordé d’arbres, ce que j’aime beaucoup. J’ai déjà joué correctement ici, mais je pense que je pourrais potentiellement faire encore mieux, » affirme-t-elle. « J’ai toujours hâte à cette semaine de l’année. »

Henderson avoue qu’elle est également fort enthousiaste à l’idée de participer à l’Omnium féminin des États-Unis, le prochain tournoi majeur de la LPGA, qui se déroule du 30 mai au 2 juin à Charleston, en Caroline du Sud, et ajoute que cela devrait lui donner un coup de pouce pour conclure la saison.

Henderson, qui a dû déclarer forfait après la première ronde de l’Omnium des États-Unis l’an dernier en raison du décès de son grand-père, a déclaré que ce tournoi était bien spécial.

« Dès que vous y mettez le pied, vous constatez que l’ambiance est tellement différente, » confie-t-elle. « L’Omnium féminin des États-Unis est un événement important que j’espère pouvoir remporter avant la fin de ma carrière. »

Henderson a également apprécié regarder du golf récemment. Elle a déclaré que voir son compatriote canadien Corey Conners remporter son premier titre sur le circuit de la PGA en avril était « irréel. »

Henderson relate que la victoire de son compatriote l’a inspirée à s’entraîner un peu plus et lui a insufflé de l’énergie.

« C’est un travail difficile, c’est certain, mais c’est aussi mon rêve d’être ici, » conclut Henderson. « Quand j’ai une chance de gagner, ça le rend le tout encore meilleur. Cela me réjouit, car en tant que petite fille, c’est ce dont je rêvais et maintenant je vis ce rêve. »

Brooke Henderson

C’est au Québec que Brooke a appris à gagner !

Brooke Henderson (Golf Québec)
Même si vous avez eu une pensée dédiée aux gens inondés ou menacés de l’être, avez-vous passé une bonne fête de Pâques? Pour employer une expression populaire, sachez que l’affaire a été absolument… chocolat (!) dans le cas de Brooke Henderson.
En s’adjugeant par quatre coups le Championnat Lotte, disputé à Hawaii – et cela pour une deuxième année de suite –, celle qui a signé des cartes de 65-68-69 et 70) a rejoint Sandra Post, Mike Weir et George Knudson au sommet des plus grands champions de l’histoire du Canada. Son total de huit titres au sein du plus haut niveau du golf professionnel ne devrait pas demeurer longtemps à ce nombre car Sandra, qui est une grande fan de Brooke, Mike, de même que Georges qui, lui, est décédé, savent très bien qu’ils n’en n’ont pas pour très longtemps en tête.
D’ailleurs, la question n’est pas s’ils vont être dépassés, mais quand ça va se faire. On vous rappelle Brooke, qui est issue des programmes de Golf Canada, n’a que 21 ans.
Retour dans un passé encore récent
Ce qu’il y a d’intéressant chez Brooke est que bien qu’elle soit Ontarienne, elle a fait son apprentissage, ici, au Québec, son club Smiths Falls étant membre de Golf Québec pour des raisons de proximité.
Elle a gagné beaucoup et surtout tôt. C’est de famille. Sa sœur et cadette. Britanny, est aussi issue du réseau québécois.
Quand elle a eu 12 ans, soit en 2010, elle était déjà championne du tournoi Premiers élans du Québec, au club Val des Lacs.
Ajoutons à son palmarès les deux triomphes qu’elle a revendiqué au club Beloeil. Son passage sur ce terrain a toujours occupé et occupera toujours une place spécifique dans sa réussite devenue internationale.
À cet endroit, elle s’est adjugée son premier titre professionnel en 2012 au circuit féminin canadien fondé par Jocelyne Bourassa, une autre très fervente partisane, avant d’y revenir dès l’année suivante ravir cette fois le Championnat amateur du Canada devant Anne-Catherine Tanguay. Elle avait alors 14 et 15 ans.
Sans surtout se lancer dans un exercice de récupération, les faits parlent d’eux-mêmes. Le Québec a servi à Brooke où elle a commencé et aussi probablement appris à gagner.
Par ailleurs, le golf canadien va très bien. En ajoutant la victoire de Corey Conners sur le circuit PGA Tour, cette victoire récoltée à Pâques s’avère être la deuxième en trois semaines pour le Canada.