Golf Québec

Rémi Bouchard (ex-Golf Canada) ou lorsqu’une intronisation au Panthéon devient une célébration  

temp fix empty alt images for attachment

Parler d’un franc succès pour la célébration de l’ensemble de la carrière de Rémi Bouchard menant à son intronisation au Panthéon du golf québécois à Laval-sur-le-Lac, samedi dernier, est tout à fait juste et plus encore.  

La cérémonie s’est prolongée après 23h, un record en durée. 

« Les gens invités à prendre la parole avaient une limite de trois à quatre minutes au micro, mais que voulez-vous, il y a toujours des débordements un peu », disait un Rémi encore touché, lundi, au sujet des témoignages très bien sentis lors de la fête.. 

Mais que faire pour l’animateur Jean-Sébastien Légaré, impeccable dans son rôle, lorsque l’équipe des Jets de Candiac, formés de tous ses amis d’enfance, arrivent à la tribune en groupe de huit ? Difficile d’être bref dans ces moments-là… !  

Rémi a très bien fait sa part lors de son discours avec des propos réalistes, humoristiques et émouvants au sujet de ses parents et de sa sœur France, décédés. 

CHAMPION DANS TOUT 

En crescendo, Rémi Bouchard a été champion de la province chez les juniors, les amateurs, les adjoints-pros, les séniors et de la PGA du Québec. Il a aussi brillé au niveau canadien. 

En plus d’y être titulaire, il a bouclé deux fois deuxième du classement général du circuit canadien. 

À l’international, il a remporté l’Omnium de l’Inde, en plus de réussir des places d’honneur au circuit d’Asie.  

Rémi a aussi fort bien servi son sport à l’extérieur du domaine des tournois. 

On sait qu’il a d’abord été professionnel en titre à Pinegrove, avant de passer à Laval-sur-le-Lac qu’il quittera le 15 novembre pour déménager à Hillsdale. 

Comme administrateur, il a tenu le rôle de directeur des programmes Golf Canada au Québec et au Nouveau-Brunswick. 

Il a également été président de la PGA du Québec et demeure toujours impliqué, maintenant, au poste de directeur de la PGA du Canada. Surveillez-le bien prendre rapidement du galon dans l’organisation.  

RÉMI A (BEAUCOUP) APPRÉCIÉ  ET LE PRÉSIDENT AUSSI  

Debbie Savoy Morel, toujours aussi solide lors de ces hommages, Charlie Beaulieu, à titre d’ex-président de Golf Canada pendant deux ans, Bruno Hamelin, administrateur principal au club de Laval-sur-le-Lac, sa conjointe, Annie Gauthier, de même que deux de ses trois enfants, Stéphanie et Matthieu (l’autre est Christian), très reconnaissants envers leur paternel, ont aussi pris la parole. 

« Ils sont ma plus grande fierté », insiste la nouvelle légende.  

« Une soirée exactement comme je les aime », a déclaré Marcel Paul Raymond, un président du Panthéon à la hauteur qui a présenté la plaque officielle en compagnie de Jean-Pierre Beaulieu, directeur général de Golf Québec.  

Rémi Bouchard a répété la même chose suite à toute la reconnaissance reçue. Bienvenue dans le club !  

RETARD COMBLÉ 

L’intronisation de Rémi Bouchard s’avérait la cinquième de l’année dans la province et la troisième d’un sprint entrepris depuis le 17 octobre. 

« Il fallait reprendre les retards au calendrier causés par la pandémie », explique Marcel Paul Raymond, président du Panthéon.  

« C’est fait et à compter de maintenant, on repart à zéro », ajoute-il. 

Pas sûr du tout. J’ai déjà un nom et même deux soumis aux autorités !  

LA SUITE 

Le prochain hommage au golf sera la remise du prix Pierre-Nadon. Le processus est en cours. On connaîtra bientôt le dénouement.   

Golf Québec

« Adieu, mon chum! » ont été les derniers mots écrits par Gilles Terroux avant de fermer son ordinateur pour toujours.  

temp fix empty alt images for attachment
Gilles Terroux a gauche

Il est décédé samedi à l’âge de 81 ans. Il avait demandé l’aide médicale à mourir.

Opéré quelques mois plus tôt pour un virulent cancer, la récupération ne suivait pas tant physiquement que psychologiquement. Le courage n’a pas apporté les résultats voulus. C’était juste trop éprouvant. 

Sa brave épouse, Nicole, qui a été de tous les combats, et ses filles, Chantal et Isabelle, étaient à ses côtés. Nos plus sincères condoléances les accompagnent. Un hommage surviendra.  

COUPES AU PLURIEL ET SÉRIE DU SIÈCLE  

Gilles Terroux devient le troisième nom connu dans les médias à nous quitter dernièrement, en ajoutant Yvon Pedneault et Claude Bédard. 

La chaîne des hommages est déjà amorcée avant une commémoration de sa vie le 19 novembre. Les détails suivront. 

Il a œuvré dans le milieu pendant 37 ans, dont dix à La Presse à la couverture du Canadien, de 1964 à 1971, une période qui a procuré cinq coupes à Montréal. 

Lors d’une grève à La Presse, Jacques Beauchamp était allé le chercher. Il n’avait plus jamais quitté le Journal de Montréal, où il avait travaillé de 1971 à 1999. 

En 1972, il avait vécu l’expérience de la fameuse Série du siècle, autant au Canada qu’à Moscou.  

Il en a même tiré un livre des faits saillants avec le photographe Denis Brodeur. 

Gilles a été chroniqueur au Journal, mais surtout un administrateur, notamment à la direction des sports. Pendant ses années à la barre, le nombre de copies a dépassé les 300 000. 

IMPACT AU GOLF 

Même à la retraite, Gilles Terroux a poursuivi son implication dans les rôles de traducteur à Golf Canada, rédacteur à la PGA du Québec et de réviseur de cette chronique. 

Il a joué au golf cinq jours par semaine, à 7h30 du matin entre le printemps et le début de la première neige.  

Il a été éditeur de Golf Québec, un magazine strictement golf avec son collègue André Trudelle. 

Très franchement, Gilles n’avait que des amis, traitant ses journalistes davantage en partenaires de travail plutôt que d’agir en patron, une approche qui fonctionnait.  

« J’ai eu une bonne vie », a-t-il reconnu malgré le grand départ incontournable après 50 ans d’amitié.  

Bon golf là-haut, mon Gilles !

Golf Québec

Voici pourquoi Rémi Bouchard va partir relever un tout autre défi

temp fix empty alt images for attachment

Même si septembre a donné, jusqu’ici (eurêka), 25 jours sans pluie, un puissant et retentissant coup de tonnerre survient au golf. 

Rémi Bouchard ne sera pas de retour à Laval-sur-le-Lac au poste de directeur des opérations golf en 2024. Avec très grande surprise, compte tenu du prestige du rôle et de l’endroit, il ira ailleurs.

Rémi raconte avoir trop de reconnaissance envers le club, la direction et les membres pour ne pas faire les choses avec classe. Il y complétera donc sa saison. 

Le richissime homme d’affaires montréalais et absolument avide golfeur, Herbert Black, vient de réussir un grand coup.

Il est allé chercher Rémi, auparavant du Mirage et de Pinegrove, comme personne de confiance pour prendre la barre de son club privé Hillsdale, à Mirabel, qui ne sera plus un club l’instant de quelques mois. Voici pourquoi! 

L’endroit ne fermera pas un an, mais bien deux. 

On va y refaire tout. L’endroit va devenir un considérable chantier, sans souci de l’investissement majeur qui vient avec.  

Le site actuel de 36 trous sera transformé en parcours unique de 18 de très haut niveau avec un neuf à normales 3 et un aménagement d’entraînement.

Rien ne va échapper à la modernisation à Hillsdale. Rien ! Le pavillon aussi va être rasé.

Rémi Bouchard a beaucoup accompli comme joueur de même que comme gestionnaire, en route vers son intronisation au Panthéon québécois, le 28 octobre, à Laval-sur-le-Lac. Croyons-le donc lorsqu’il affirme que l’occasion de participer à la construction d’un golf est particulier dans une carrière. 

Circuit DP World Golf Québec

« Mon cœur n’est pas assez gros pour tout cet amour » dit Patrick Rhéaume, Tiger Woods, quoi surveiller et plus encore  

temp fix empty alt images for attachment

Lorsque viendra le moment de passer aux bilans de fin d’année, il est certain que Patrick Rhéaume va appartenir à la catégorie des moments forts. 

À ne pas en douter, le golf au Québec a été touché et ému par son histoire ces derniers mois.  

Directeur régional de Golf Canada dans la province et auparavant un pionnier à titre d’entraîneur à l’Académie Fred Colgan, une institution à Québec, il a été obligé, lire forcé, de prendre une retraite prématurée après 31 ans d’implication.   

Une terrible nouvelle est tombée en novembre dernier. Patrick a été diagnostiqué de la SLA (sclérose latérale amyotrophique), aussi connue comme la maladie neurodégénérative Lou Gehrig.   

Pour montrer comment Patrick est aimé, le golf québécois et d’ailleurs ont déclenché plus qu’une immense vague de soutien. Évoquer un tsunami ne serait pas exagéré. 

Sachez qu’environ 300 personnes, dont presque la moitié s’avérait être ses anciens élèves, se sont réunis pour lui témoigner leur appréciation pour sa carrière de 31 ans et, bien sûr, saluer son immense courage dans la maladie. 

C’était à Royal Québec, lundi dernier, à l’occasion tournoi-bénéfice Golf Québec. L’organisation a eu la très bonne idée de dédier la journée à Patrick, qui reste actif autrement, certes, mais toujours efficacement, néanmoins, malgré sa condition.  

Il veut un Fonds à laisser en héritage. Pas pour lui, mais afin d’aider les jeunes talents de Québec et du Québec. C’est fait avec grande générosité et émotion. Une somme de 80 000$ a été amassée pour l’occasion. 

« Mon cœur n’est pas assez gros pour recevoir tout cet amour », a déclaré Patrick à Stéphane Cadorette, du Journal de Québec. 

Ce que le golf sait très bien, toutefois, c’est que Patrick Rhéaume mérite amplement cette reconnaissance.   

SPORT ET MUSIQUE AU MENU   

Tiger Woods, qui possède déjà ce type d’établissement dans le sud de la Floride, et Justin Timberlake, un avide golfeur, font équipe. Ils ouvrent ensemble un resto-bar sportif à New York. 

« T Squared » compte quatre simulateurs de golf, quatre allées de quilles et quatre différents espaces pour consommer, avec 35 téléviseurs dont un avec un méga écran de 200 pouces pour animer la place qui fait 22 000 pieds carrés.    

Avis de ne pas laisser à la maison votre… portefeuille!   

CE QU’ON SURVEILLE CETTE SEMAINE, ICI ET…. AILLEURS   

Place au Championnat universitaire du Québec à Lévis. 

Le Rouge et Or y va pour une 21e bannière, emblème des grands honneurs de la saison. C’est plus serré, cette fois, avec Bishop’s qui est définitivement dans le portrait. 

Joey Savoie, lui, est de la liste des aspirants en Europe, cette semaine, à la première des trois étapes de qualification du DP World TOUR, au Danemark. 

Le nom d’Étienne Papineau y apparaissait avant de disparaître, ces derniers jours, sans vraiment d’explication. Peut-être est-ce une passe gratuite à la phase 2 en vertu de la nouvelle certification à la série Korn Ferry? On part à la chasse aux informations. 

ALOHA  

La reprise des opérations à Kapalua, mercredi passé, suite aux terribles incendies de Maui, au début août, vient avec la confirmation du retour de la PGA pour y tenir le premier tournoi de l’année, The Sentry. 

Voilà une excellente nouvelle pour la relance du tourisme, étant la principale industrie de l’île comme le mentionne le professionnel québécois émérite, Claude Brousseau, qui a fait carrière à Wailea, aussi à Maui.  

TABLEAU D’HONNEUR 

Dans les vainqueurs, en septembre, il faut ajouter Suzanne Ricard, de Royal Montréal, et Luc Guilbault, de Drummondville. Ils sont les titulaires du Championnat provincial chez les 40 ans et plus à Lachute. 

Le nom de Pierre Archambault a été donné au trophée. À quand, maintenant, celui de Marie-Thérèse du côté féminin? 

LE BIRDIE DE LA SEMAINE VA À… 

Le prix va à Yohann Benson, prof au Mirage et collaborateur à RDS/TSN, qui s’adjuge le Championnat des professionnels-adjoints Callaway du Canada, en Alberta, avec ses cartes de 65 et à ses 14 oiselets lors des deux derniers jours. 

Bravo ! 

Coupe du présidents Golf Québec PGA TOUR

Les capitaines Fuyrk et Weir très bientôt à Montréal, Céleste chez les pros, jour J pour la Coupe Ryder et autres nouvelles  

temp fix empty alt images for attachment
Derek Leung/Getty Images

Déjà septembre qui arrive et c’est tant mieux, même si la saison ne va pas nécessairement pas dans la bonne direction en ce qui a trait à la durée restante.  

S’il existe un minimum de justice sur cette terre, la météo à venir ne peut pas être pire que cet été avec toute la pluie causant les inondations, les ouragans ou les grands feux… avec la contamination de l’air qui vient avec. 

Ce qui est déjà sûr, en septembre, c’est qu’il y aura bientôt de la célèbre visite à Montréal.  

Il faut encercler tout de suite le 13 septembre au calendrier. 

Si les dates de retour de la Coupe des Présidents 2024 à Royal Montréal sont celles du 24 au 29 septembre, les activités, elles, commencent dès le 13. 

Les deux capitaines Jim Furyk, de l’équipe des États-Unis, et Mike Weir, de la formation internationale, sauf l’Europe, seront alors en ville, plus précisément à la Place Ville-Marie.  

Un coup de maître des dirigeants de la Chambre de commerce, lesquels recevront les deux chefs de file dans le cadre de leur série de rencontres intitulée « Évènements-leaders internationaux ». 

Ils sont titulaires, ensemble, de 25 tournois à la PGA, dont au Tournoi des Maîtres, il y a 20 ans cette année, pour Weir, de même qu’à l’Omnium des États-Unis pour Furyk. 

Fore! Des billets sont en vente pour cette présentation en après-midi, de 14h15 à 18h, avec, comme moment fort, un entretien Furyk-Weir. Ce n’est pas donné, mais quand même moins cher que Taylor Swift si ça peut vous rassurer. 

SAVIEZ-VOUS QUE… 

La victoire de Viktor Hovland par la ronflante marge de cinq coups au Championnat du circuit n’est aucunement le reflet de l’année à la PGA. Vingt-deux tournois en 2023 ont été enlevés par un seul coup et sept des 14 derniers ont été décidés en surtemps. 

NOS QUÉBÉCOISES AUX SÉLECTIONS DE LA LPGA  

Dans la catégorie À surveiller en cette semaine de la fin d’août, l’attention est dirigée vers Rancho Mirage, en Californie, pour le début des qualifications de la LPGA en prévision de 2024. 

Chez les Québécoises, Céleste Dao y fait ses débuts professionnels. Josée Doyon, auteure dernièrement d’un pointage record de 63 au Kansas, est aussi sur les rangs. 

Elles sont 320 aspirantes réparties sur trois parcours et les 95 premières à la fin, jeudi, accéderont à la phase deux, en octobre.  

En passant, Sarah-Eve Rhéaume et Brigitte Thibault y sont déjà confirmées pour la suite, en Floride.  

EXPERT DE HOCKEY ET MORDU DE… GOLF 

Bien que le hockey était sa spécialité professionnelle, le journaliste Yvon Pedneault était aussi mordu de golf.  

Il est décédé, la fin de semaine dernière, à la suite d’un cancer fulgurant. Il avait 77 ans. Il a été mon directeur au Journal.  

Nos condoléances à son fils, Éric, un réalisateur télé.  

FÉLICITATIONS! 

Au tableau d’honneur des championnats québécois de 2023, il faut ajouter les noms de Léonie Tavares (Saint-Raphaël) et Cameron Robitaille (Saint-Hyacinthe). Le duo a été couronné à Knowlton, la semaine dernière, en tant que titulaires provinciaux chez les juniors au jeu par trou. 

Des mentions spéciales à Rosalie Langlois (Pinegrove) et Zack Pageau (Vallée du Richelieu) chez les finalistes.    

FORE ENCORE!  

Aussi sur la scène provinciale, c’est le début du circuit universitaire, lundi et mardi, à Milby.

L’IRRISISTIBLE BROOKE 

Les Canadiens font plus qu’aimer Brooke Henderson: ils l’adorent ! Lors de l’Omnium canadien CPKC à Vancouver, la semaine passée, des gens lui chantaient « Ô Canada » sur le parcours. 

« C’est phénoménal tout cet amour. Je suis heureuse d’avoir mieux joué en toute fin pour ajouter des sourires aux visages. Les partisans le méritent tant », a dit Henderson, détentrice de la 13e place en terminant avec 68 avec son jeu en montagnes russes marqué par deux rondes de 75, notamment.  

MARDI « CHAUD » EN COUPE RYDER 

Alors que le compte à rebours de la Coupe des Présidents s’amorce, Zach Johnson est soumis à son premier grand test. Le capitaine de l’équipe américaine de la Coupe Ryder va annoncer, mardi, ses six sélections pour les rencontres de Rome, à la fin septembre.   

La grande curiosité est de savoir s’il succombera et choisira Brooks Koepka et Dustin Johnson, deux transfuges du LIV GOLF, pour aider la cause des Américains qui ne gagnent pas en Europe? 

Le hic est que ça irait à l’encontre de ses précédentes décisions de nommer, parmi ses assistants, des intransigeants traditionalistes en Fred Coupes et Davis Love III, qui frappent sans cesse à grands coups de « driver » sur les déserteurs. 

Chez les Européens, Luke Donald a une semaine additionnelle pour réfléchir. 

Golf Québec

Formation au jeu et dans les… bureaux aussi maintenant 

temp fix empty alt images for attachment
Maxime Desjardins

En plus de son mandat de développer des talents Golf Québec prend la double spécialisation de former des dirigeants-gestionnaires, également.

Encore une  autre organisation vient  piger dans leur personnel  alors  que Golf Canada  choisit le codirecteur  des tournois, Maxime Desjardins,  pour devenir directeur des opérations de l’organisme au Québec. 

Desjardins remplace Patrick Rhéaume, obligé de quitter en raison d’une situation irréversible côté santé.

Un hommage s’organise pour cette figure populaire du milieu. Ce sera le 18 septembre au club Royal Québec.

C’est la  deuxième fois en quelques mois que cette situation de maraudage survient. 

En février dernier, Éric Couture, aussi alors directeur des tournois, était repêché pour prendre la direction générale de la PGA du Québec.

Qui suivra? 

Pour le déménagement, pas de soucis. Tous les organismes  impliqués  ayant leurs bureaux tous ensemble à la nouvelle Maison des sports.

SAVIEZ-VOUS QUE? 

Au sujet  du directeur général Jean-Pierre Beaulieu, il entreprend cette semaine sa 16e année  à la barre de Golf Québec.

Golf Québec

Hocan Olsson retourne vivre en Suède et beaucoup d’autres nouvelles  

temp fix empty alt images for attachment

Le sport à Montréal perd son « Viking » affichant la plus longue carrière sportive, ici. Hocan Olsson retourne vivre dans sa Suède natale. 

Si Mats Naslund a fait dix ans chez le Canadien, son compatriote suédois professionnel de golf, Hocan, un « jeune » retraité de 70 ans, en totalise 49 à titre de membre de la PGA canadienne, dont 33 dans la province, et cela pas n’importe où. 

Après six saisons au sein du personnel de Duke Doucet au club Summerlea, il en a ajouté rien de moins que 27 autres à la barre du club ultra-privé de Mount Bruno. 

Avant de choisir le Québec, le jeune couple Olsson, incluant Lena, sa partenaire de toujours et dans tout, est arrivé de Malmô au Canada, en 1974, d’abord au sélect club National, à Toronto. Pour vous donner une idée, des légendes comme George Knudson, Al Balding et Ben Kern y étaient tous des habitués à ce moment de leur carrière.  

Hocan n’a pas enfilé 251 buts dans la Ligue nationale de hockey et n’a pas gagné la coupe Stanley, de même que le trophée Lady Bing du côté individuel, comme le « P’tit Viking », le premier Européen à jouer pour le CH, mais attention ! Son parcours reste néanmoins une grande réussite.  

Trois décennies ou presque plus tard, à la barre des opérations golf d’une clientèle d’élite comme celle Mount Bruno, ils s’avèrent être la confirmation de leur efficacité à la gestion et à l’enseignement, en saluant l’indispensable apport de Lena dans le succès. 

Un gentilhomme dans la toute la force du mot, Hocan est aussi un modèle absolu de forme physique, ce qui lui a aussi permis de se distinguer sur la scène compétitive. 

En plus de ses succès au Québec, sa réussite la plus pointue été le Championnat canadien chez les séniors. Il a été titulaire de la catégorie en 2005. 

La famille est la principale raison du retour d’Hocan Olsson. Aussi membre de la PGA, auparavant, son fils Daniel était parti vivre en Suède depuis plusieurs années.  

Le compte à rebours est entrepris. Le couple Olsson quittera Montréal le 11 août pour retourner à Malmö, où Mats Naslund a justement terminé sa carrière après le Tricolore. 

On lui dit très sincèrement « Stor tack alla ar i Québec » en suédois, ce qui veut dire merci. Merci de votre contribution pendant toutes ces années !   

QUESTION 

Quel est le nom le plus victorieux de la planète golf ces temps-ci ? 

RORY EN CHIFFRES 

On ne pourra pas accuser Rory McIlroy de ne pas tout faire pour sortir de sa disette dans les rendez-vous du Grand Chelem, laquelle perdure depuis 2014.

Lors de sept des huit derniers rendez-vous majeurs, ces deux dernières années, il a terminé sept fois parmi les huit premiers.  

Plus encore, sa fiche de 41 coups sous la normale s’avère être cinq coups de mieux que le deuxième, Scottie Scheffler. 

Le temps file. À 34 ans, le défi est de trouver un fer droit au plus vite! 

PLACE AUX FEMMES 

On apprend que Golf Canada travaille à créer, l’an prochain, un nouveau tournoi féminin au Québec. La présentation va réunir ensemble les meilleures joueuses des rangs professionnels autant qu’amateurs. Golf Québec est dans le coup.  

C’est Debbie Savoy Morel qui va être contente pour la relève. 

La bourse va graviter autour des 60 000$ et peut-être plus, advenant l’ajout d’un commanditaire pour rehausser la nouveauté. Très important, la championne va obtenir son ticket pour l’Omnium canadien CPKC, à la LPGA, ce qui ne s’achète pas. 

OUF! 

Avec les composantes d’équipement qui y transitent en provenance d’Asie, c’est un long soupir de soulagement qu’ont poussé les compagnies de golf avec la fin de la grève au port de Vancouver, en espérant que cette troisième entente soit la bonne.  

RÉPONSE  

Il faut aller voir du côté de la LPGA pour le nom le plus rayonnant, alors que la Française Céline Boutier a signé, dimanche, à l’Omnium d’Écosse, sa deuxième victoire de suite après celle au tournoi du Grand Chelem Amundi-Evian, chez elle.  

Brooke Henderson a fait l’impasse afin de mieux se préparer en prévision de l’Omnium britannique. C’est cette semaine à Surrey, en Angleterre. 

FAMILLE  

Ajoutez Brooks Koepka au club des nouveaux papas. Crew a besoin de soins particuliers. Il est un bébé prématuré de six semaines.

FERMETURE POUR DE TRÈS BONNES RAISONS   

Acquéreur du club Berthier plus tôt cette année, le groupe Paillé ne néglige absolument rien pour moderniser l’endroit. 

Malgré la perte évidente de revenus que la décision entraîne, la direction a fermé le parcours, dimanche, pour le reste de la saison. C’est afin de procéder à des travaux majeurs servant à bonifier le parcours. 

BIRDIE!       

Le prix va aux clubs de golf qui ont eu la très grande générosité de céder leurs parcours pour la tenue des championnats de plein de catégories pendant la période toujours très achalandée des vacances de la construction.  

Golf Québec

Les lauréats provinciaux bantam, pee wee et moustique sont…

temp fix empty alt images for attachment

La séquence des Championnats du Québec se poursuit avec le récent couronnement dans les catégories bantam, pee-wee et moustique au club Drummondville.

Kate Guo poursuit sur sa lancée.

De retour de Rimouski avec  trois médailles d’or  au cou des Jeux du Québec, elle ajoute une quatrième chez les bantam avec ses comptes  de 84 et 78.

Dans le même groupe d’âge Chase Jerome donne un sixième titre québécois au club Royal Ottawa ayant été  le seul à jouer  sous la normale avec 70 et 72.

Il avait été gagnant chez les pee-wee en 2021. 

Nelly Adjaou, du volet golf public, et Lucas Simoneau, de Louiseville, sont les lauréats pee-wee. Ellie Simoneau, de Vallée du Richelieu, et Rafaël Dagenais, de Beloeil  sont les vainqueurs chez les moustique.

Coup de chapeau aux membres pour la générosité de céder leur parcours  pendant les vacances.

Le prochain Championnat provincial sera celui chez les seniors à Cowansville u 16 au 18 août.

Golf Québec

Rare triplé réussi par Ann-Sophie Bourgault et tout un cadeau pour Suzanne  

temp fix empty alt images for attachment

À la question à savoir si les tournois parfaits existent au golf, la réponse devient certainement « oui » à la suite du brio d’Ann-Sophie Bourgault aux Championnats féminins du Québec, lesquels avaient lieu au Lac Saint-Joseph, dans la région de Québec.  

La représentante du club Royal Ottawa a balayé les honneurs amateur, junior et juvénile pour un rare tour du chapeau. Ann-Sophie n’a que 16 ans. 

UNE FIN CANON 

Après des scores de 72 et 71, la triple championne a gardé le meilleur pour la fin et a scellé avec 67 grâce à six birdies et un boguey. 

Son cumulatif de six coups sous la normale pour les trois jours lui a valu la victoire par la ronflante marge de 13 coups devant Élizabeth Labbé. 

Membre du club Lévis, Élizabeth est championne canadienne chez les universitaires avec l’équipe de la Colombie-Britannique. 

Les titres chez les juniors et juvéniles d’Ann-Sophie Bourgault ont été ravis par 18 coups devant Léonie Tavares, de Saint-Raphaël, dans les deux catégories, soit 18 ans et 16 ans et moins. 

TOUT UN CADEAU 

Toujours dans les nouvelles des Championnats féminins, Suzanne Ricard ne pouvait demander mieux comme cadeau. 

Des comptes de 70, 71 et de 76 ont procuré à la représentante de Royal Montréal la couronne chez les séniors le jour de son anniversaire. 

Son cumulatif a été de +1. Titulaire provinciale maintes fois, dont la semaine dernière chez les mid-amateurs, et membre du Panthéon du Québec, Marie-Thérèse Torti, de La Vallée du Richelieu, a terminé deuxième avec +12. 

PRIX RECONNAISSANCE NANCY-WALKER 

Les récompenses pour l’esprit sportif sont décernées à Ju Hee Shin (Atlantide), Justine Émond (Bainvilier), Mirada Thompson (Lorette), Marlène Desbiens (Murray Bay) et Jocelyn Smith (Milby).  

À VENIR  

Du 24 au 28 juillet, place au Championnat provincial masculin, cette fois. C’est au parcours Boisé de Joly, ainsi que dans la région de Québec.  

Golf Québec

Le golf de Lac-Mégantic et la demande de Mme Skitt… dix ans plus tard

temp fix empty alt images for attachment

« C’est ma mère qui m’avait demandé de faire quelque chose! » En ce 6 juillet marquant les dix ans de la pire catastrophe ferroviaire ayant causé 47 pertes de vie à Lac-Mégantic, c’est David Skitt qui raconte. 

Il a fait rayonner le golf au Québec en tenant des évènements majeurs, d’abord l’Omnium de Montréal pendant cinq ans avec John Daly, Jean Van de Velde, Hank Haney, alors entraîneur personnel de Tiger Woods, et d’autres comme invités spéciaux. Il a enchaîné, pendant un autre cycle de cinq ans, avec le Championnat de Montréal de la PGA ayant amené des légendes telles Bernhard Langer, Tom Kite, Fred Couples et compagnie. 

À ce palmarès, il faut ajouter la journée de soutien à Lac -Mégantic. 

À la très forte suggestion de sa mère, Skitt avait fait un appel au club de golf lourdement et tristement en deuil, à l’instar de l’ensemble de la municipalité. Il voulait connaître les besoins. 

Il y avait effectivement urgence. Un appel de solidarité pan-québécois avait alors été lancé pour un grand rassemblement.  

Maman a de quoi être très fière de son fils! 

« Des clubs avaient nolisé des autobus pour venir participer. Vainqueur trois fois à la PGA, Fulton Allem, avait fait le déplacement. Sylvie Schetagne et Dave Lévesque, alors numéro un au Québec, avaient apporté leur collaboration. Toutes les équipes avaient été vendues. Ce sont plus de 30 000$ qui avaient été amassés », se souvient David Skitt. 

En passant, le toit du pavillon ne coule plus et David est du Conseil du patronat, où il organise le congrès mondial de la francophonie.