Jeux olympiques

Brooke Henderson rebondit aux Jeux olympiques

KAWAGOE, JAPAN - AUGUST 05: Brooke Henderson of Team Canada plays her shot from the 11th tee during the second round of the Women's Individual Stroke Play on day thirteen of the Tokyo 2020 Olympic Games at Kasumigaseki Country Club on August 05, 2021 in Kawagoe, Japan. (Photo by Mike Ehrmann/Getty Images)

Henderson a réussi cinq oiselets au cours de la journée, mais elle a commis deux bogueys lors de son neuf de retour. Cette performance lui a tout de même permis d’effacer une partie de sa contre-performance de la veille.

« Ma première ronde aurait pu être très bonne, je jouais très bien sur mon neuf de départ, mais j’ai eu des ennuis pas la suite », a reconnu celle qui a commis des bogueys aux trous no 11, 15, 17 et 18 lors de la première journée.

« Je n’étais pas confortable avec mon fer droit, mais je me suis entraînée après la ronde et j’ai compris certaines choses. Je crois que ça a mieux été aujourd’hui », a soutenu Henderson.

Sa coéquipière Alena Sharp a joué 71 et est demeurée à plus-3 après deux rondes.

Sharp a commis un boguey au quatrième, une normale-3, et un oiselet au 15e, une normale-4.

« J’ai pris mon rythme au septième trou. Donc ça a été long, mais je me suis donné des chances, a mentionné Sharp. Certains roulés auraient pu tomber au fond de la coupe, mais ils ne l’ont pas fait. Peut-être demain.

« J’aurais pu finir à moins-3 ou moins-4, assurément. »

La Fédération internationale de golf a envoyé un courriel aux 60 joueuses tard mercredi pour les prévenir que le tournoi pourrait être réduit à trois rondes.

Il pourrait être nécessaire d’annuler la quatrième ronde, puisqu’une tempête tropicale se dirige vers la région et pourrait toucher terre au cours de la fin de semaine. De plus, avec les températures élevées des derniers jours à Kawagoe, il n’est pas possible de demander aux golfeuses de jouer plus de 18 trous en une journée.

L’Américaine Nelly Korda (62) a connu la meilleure ronde de la journée pour s’emparer du premier rang à moins-13. Elle a réussi pas moins de neuf oiselets en plus d’un aigle au sixième, mais elle a commis un double boguey à son dernier trou de la journée.

Les Danoises Nanna Koerstz Madsen (64) et Emily Kristine Pedersen (63), ainsi qu « Aditi Ashok (66), de l’Inde, étaient à quatre coups de Korda après deux rondes.

Jeux olympiques

Des nouvelles du début du tournoi féminin des J.O. la nuit dernière

SAITAMA, JAPAN - AUGUST 04: Brooke Henderson of Canada plays the a shot on the first hole during the first round of the Women’s Individual Stroke Play event on Day 15 of the Tokyo 2020 Olympics at the Kasumigaseki Country Club on August 4, 2021 in Saitama, Japan. (Photo by Stan Badz/PGA TOUR/IGF)

C’est dans un véritable sauna que s’est déroulée la nuit dernière la première des quatre journées du tournoi olympique chez les dames à Tokyo.

La température de 93 degrés ressemblait davantage à 105 avec l’humidité a provoqué des cas de déshydratation.

Les tablettes de sel étaient populaires. Les boissons énergétiques aussi.

La cadette de Lexi Thompson a dû être remplacée au 15e trou et un autre des Philippines a dû être hospitalisée.

La Suédoise Madelene Sagstrom est la meneuse avec 66 (-5), un coup devant l’Américaine Nelly Korda et l’Indienne Afditi Ashok.

Des joueuses en provenance de treize pays différents occupent les 16 premières positions pour montrer la saveur internationale.

Elles sont 23 parmi les 60 participantes à avoir joué en deçà de la normale 71.

Chez les Canadiennes, Brooke Henderson et Alena Sharp ont dû se contenter les deux de cartes identiques de 74, (+3) pour le 47e rang. Elles sont à 8 coups du sommet.

Dans les autres noms connus, Danielle Kang a inscrit 70, tout comme Inbee Park, Lydia Ko 69, la sœur Jessica Korda 71 et Lexi Thompson 72.

Jeux olympiques Propos de Mario Brisebois

Voici ce que vous avez manqué de la finale des J.O. pendant que vous dormiez

Ce n’est pas une médaille d’or, mais deux que Tokyo devrait décerner au golf olympique.

En plus de celle à l’Américain Xander Schauffele pour sa première place, l’autre va au golf pour la haute qualité du niveau de jeu. Et que dire du suspense jusqu’à la toute fin!

Dommage que le décalage de 13 heures a fait que l’action se soit beaucoup déroulée la nuit puisque le spectacle a été prenant jusqu’au dernier roulé, l’or s’étant décidé avec un birdie tardif, l’argent avec un spectaculaire 61 en conclusion et le bronze avec une   prolongation à sept en n’oubliant certainement pas le brio du Canadien Corey Conners samedi et dimanche.

En plus, le golf a eu aussi son lot de jolies histoires humaines qui accompagnent les Jeux. 

On a appris au cours de la semaine que le champion olympique de San Diego avait des grands-parents de même que des tantes et oncles à Tokyo, que sa mère chinoise de Taipei y avait été élevée et que son père possédait des origines d’Allemagne et de la… France.

Voici en résumé cinq moments forts de la finale survenus durant le dodo:

1: Parti avec une avance d’un coup, Xander Schaufele (67) a vite accru la marge à quatre merci à ses trois birdies enregistrés sur les cinq premiers verts. 

Cela n’allait pas s’avérer pour autant une simple balade du dimanche comme finale, le futur titulaire jouant absolument avec le feu sur une normale cinq du deuxième neuf. Il admet avoir été chanceux de s’en tirer avec le boguey alors que Rory Sabbattini lui soufflait dans le cou avant de le rejoindre.  

La table était vraiment mise pour une prolongation jusqu’à ce que Schauffele enfile un autre birdie au 17e pour la victoire serrée par un coup en vertu de son combiné de 18 en deca de la normale. 

2: Le plus âgé des 60 concurrents à 45 ans, l’ancien Sud-Africain devenu Slovaque, Rory Sabbatini, est le nouveau recordman olympique en vertu de sa performance de 61 en conclusion malgré deux bogueys.

Dix birdies et un aigle ont fait le travail pour sortir de nulle part, soit 17e, et venir ravir la médaille d’argent à un seul coup de retard.  

Sabbatini a marié Martina, son «caddy» à Tokyo, et ensemble ils ont utilisé la règle 41 pour le transfert et demandé la citoyenneté pour aller aux Jeux, ce qui n’a pas été très compliqué. Le président de la Fédération slovaque (9000 membres) est le cousin de celle-ci.

3: Véritable héros au Japon étant devenu en avril le premier champion asiatique du Tournoi des Maîtres, Hideki Matsuyama (69) a eu ses chances malgré son coup de bois numéro trois complètement raté et calotté dans l’herbe longue pour le boguey au lieu du birdie sur une normale cinq.

Le coup raté qui a fait le plus mal à la nation est le court roulé au 18e vert dans une tentative de birdie qui devait éventuellement provoquer le surtemps et ultimement lui coûter le bronze.

4: Pour une comparaison bien de chez-nous, qu’elle a été la différence entre l’éliminatoire pour la médaille de bronze et le pont Champlain avant le télétravail bien sûr?

La réponse est aucune, les deux étant aussi congestionnées avec rien de moins que sept joueurs impliqués à moins quinze. 

Dans l’ordre des pointages du jour quatre, il s’agit de l’Américain Collin Morikawa (63), le Thaïlandais C.T Pan, l’Irlandais Rory McIlroy (67), le Chilien Mito Pereira (67), le Colombien Sebastian Munoz, l’Anglais Paul Casey (68) en plus du Nippon Matsuyama avec son 69 déjà expliqué.

Pan a eu le mot final devant Morikawa après quatre trous de travail supplémentaire. 

Mentionnons que le Thaïlandais était deuxième avant-dernier après son 74 en ouverture. 

5: Une mention tout à fait spéciale va au Canadien Corey Conners pour son brio de la fin de semaine.

Avec ses résultats de 66 samedi et 65 dimanche, Il se situe excellent 3e dans les plus remuantes prestations de la fin de semaine, n’étant devancé que par C.T. Pan et Morikawa à ce chapitre.

En ajoutant ses 70 et 72, il boucle 13e à moins treize.

Mackenzie Hughes a connu plus de difficultés avec 75 au lendemain de son 65 pour glisser de 17e à 50e

PS: Le congé sera bref. Le golf olympique reprend dès mercredi prochain. Place aux femmes avec Brooke Henderson et Alexa Sharp comme représentantes canadiennes.

Jeux olympiques

Voici ce que vous avez manqué pendant le dodo

Canada's Mackenzie Hughes sets up his putt on the 3rd green in round 2 of the mens golf individual stroke play during the Tokyo 2020 Olympic Games at the Kasumigaseki Country Club in Kawagoe on July 30, 2021. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP) (Photo by KAZUHIRO NOGI/AFP via Getty Images)

Même en congé pour la fin de semaine ou pour les vacances ce qui est encore mieux, il n’est surtout pas évident veiller jusqu’à 3h dans la nuit pour suivre le golf olympique en raison du décalage de 13 heures avec Tokyo.

Afin de vous situer dans tout ce qui s’est passé la veille du Jour J de la finale, voici notre résumé quotidien avec une mention très spéciale à Équipe Canada pour sa journée d’excellence pendant votre sommeil. 

1: Merci à son brio sur les verts et un birdie au 18e, l’Américain Xander Schauffele a gardé la tête du classement avant la grande finale avec 68 lui procurant un combiné de quatorze sous la normale.

Son fer droit l’a sauvé sur les cinq premiers trous et au 9e avec un roulé de vingt-cinq pieds pour sauver la normale. 

2: Véritable héros national, Hideki Matsuyama ne dérougit pas.

Après sa deuxième ronde de 64 complétée le matin, le champion japonais des Maîtres est revenu au jeu pour inscrire 67 et s’approcher à un coup de l’or olympique.

En passant, Schauffelle et Matsuyama vont disputer la dernière journée ensemble comme à Augusta, où l’Américain s’est sorti de la course avec une balle à l’eau le menant à un triple boguey au 16e à normale trois. 

3: Comme classement, il ne se fait guère plus serré alors qu’ils sont rien de moins que neuf à quatre coups et moins de la première marche du podium avec seulement 18 à faire.

À moins 11, donc deux coups derrière, on retrouve l’Anglais Paul Casey (66) et le Mexicain Carlos Ortiz (69).

Le Colombien Sebastian Munoz (66), l’Irlandais Rory McIlroy (67) et le Chilien Mit Pereira (68) suivent un coup plus loin devant l’Autrichien Seep Straka (68) et l’Anglais Tommy Fleetwood (64) pour une conclusion vraiment style Nations Unies.

Oui, ça sent la prolongation en toute fin.

4: Le Canada a de loin connu sa plus prolifique journée lors ce troisième parcours en vertu du 65 de Mackenzie Hughes pour le quatrième plus bas pointage du jour quasi égalé par Corey Conners et son 66.

Ils ont effectué des bonds respectifs de 23 et 17 places pour se retrouver les deux 17e à sept sous la normale.

Cinq coups à combler pour le bronze, surtout avec tant monde regroupé, mais il reste quand même que seule l’Angleterre a fait mieux comme pays durant ce troisième jour.

5: Le prix de la performance du jour va au Sud Coréen Sungjae Im avec son 63. C’est huit coups sous la normale malgré deux bogueys sur sa carte.

PS: Bon dodo et on sera là aux aurores dimanche pour le jour J.

Jeux olympiques

Cinq choses que vous avez manquées en dormant cette nuit

Pas toujours évident de suivre le golf olympique. Ça va en soirée bien assis à relaxer, mais que c’est donc beaucoup moins accommodant avec le décalage de 13 heures, ce qui nous amène aussi la nuit et parfois jusqu’au petit matin, la température n’aidant pas cette semaine.

Pour les dernières informations, voici un condensé de ce qui est survenu pendant le sommeil.

1: S’il y a une médaille que mérite chacun des concurrents au golf à Tokyo, c’est bien celle de la patience pour les très longues journées en raison de la météo.

Pour la deuxième journée de suite vendredi, des orages ont causé des arrêts.

Remarquez qu’on aurait pu ne pas jouer du tout si la tempête tropicale poussée par des puissants vents de 70h/minimum n’était pas passée juste à côté.

Malgré les attentes, la situation est que presque la moitié devra revenir très tôt samedi matin et donc vendredi à notre heure afin de boucler leur deuxième parcours avant d’entreprendre leur journée prévue. 

Mémo: on annonce d’autre pluie samedi, mais enfin beau pour la journée des médailles dimanche.

2: La vedette de ce jour II a été Xander Schauffelle avec son 63.

Propulsé par une paire d’aigles, il égale donc le record olympique enregistré la veille par l’Autrichien Sepp Strada. 

L’Américain bondit en tête du classement provisoire en vertu de son cumulatif d’onze sous la normale avec un coup d’avance devant le Mexicain Carlo Ortiz (67).

Strada (73) glisse 3e à moins huit en compagnie du Suédois Alex Noren (67) et de Mito Pereira (65), un Chilien tout nouveau gradué de la série Korn Ferry suite à trois victoires au calendrier 2020-21.

3: Gare au héros national Hideki Matsuyama qui est définitivement en feu.

Le champion du Tournoi des Maîtres affiche aussi huit en deçà de la normale pour la durée et moins six pour la journée avec encore deux trous à compléter.

Saviez-vous qu’il existe 2500 terrains de golf au Japon tellement la fièvre y est forte?

4: Un autre qui va bien et même beaucoup mieux est Rory McIlroy.

Perdu dans son jeu depuis le printemps, il a sorti un 67 du chapeau malgré un bogey au 18e ce qui en fait un très certainement un prétendant au podium à moins sept pour la 7e  place.

Vraiment pas convaincu étant ici au début, plus par devoir que par passion, il est un nouveau converti à l’olympisme.

«Je ne suis pas un très grand patriotique, mais quand je réalise tout ce qui se passe comme sports à trente minutes d’ici, je pense déjà à Paris en 2024», dit-il.

5: Bravo à nos filles à qui le Canada doit ses médailles, dont la troisième d’or en aviron à huit vendredi et le temps commence pour que le golf donne un premier podium masculin.

Nos gars jouent bien, mais l’étincelle tarde pour passer en monde attaque.

L’Ontarien Mackenzie Hughes a joué 72 (plus-1) lors de la deuxième ronde du tournoi de golf des Jeux olympiques de Tokyo, vendredi, ce qui l’a fait glisser à égalité au 39e rang à moins-1.

De son côté, Corey Conners, de Listowel en Ontario, était à égalité avec la normale lorsque la ronde a été interrompue en raison de la pluie. Il avait alors joué 16 trous.

Conners est à égalité au 34e rang à moins-2. Il complétera sa deuxième ronde samedi, avant le début de la troisième ronde.

Il s’agissait de la deuxième interruption liée à la météo de la journée au Country Club de Kasumigaseki. Le jeu a dû être arrêté pour de longues périodes lors des deux premières rondes en raison de la foudre.

Hughes a commis trois bogueys lors de son neuf de départ, mais il a réussi un oiselet au sixième et un autre au 10e pour limiter les dégâts.

Un double boguey au neuvième a nui à Conners, mais le golfeur n’a pas fait d’erreur sur son neuf de retour jusqu’à l’interruption du jeu.

Il a terminé sa journée de vendredi avec trois oiselets, un boguey et son double boguey après 16 trous.

Jeux olympiques

Retour sur ce que vous avez manqué la nuit passée dont le record olympique (63) égalé

Corey Conners (Mike Ehrmann/Getty Images)

Une affaire planétaire, les Jeux olympiques sont devenus cette nuit une très jolie histoire de famille grâce à Sepp Straka alors que Tokyo entreprend la première de ses deux semaines de golf.

Aidé par son jumeau Sam agissant dans le rôle de cadet, l’Autrichien faisant carrière aux USA a remis un pointage de 63, huit sous la normale. 

Profitant des conditions idéales tôt le matin avec la pluie tombée dernièrement avant que le ciel n’éclate de niveau avec des orages vers la fin de journée, le surprenant meneur a inscrit neuf comptes de trois sur sa carte et aucun cinq.

«Assez spécial!», a dit le 161e mondial ayant été éliminé à mi-chemin lors de six de sept tournois à la PGA et maintenant meneur au classement devant le Thaïlandais Jazz Janewattananond, ami des commentateurs.

Le Mexicain Carlos Ortiz et le Belge Thomas Pieters, 4e à Rio de Janeiro en 2016 derrière l’Anglais Justin Rose, le Suédois Henrik Stenson et l’Américain Matt Kuchar, sont deux coups derrière.

Le 63 de Straka a égalé le record olympique établi par Matt Kuchar il y a cinq ans.  

Straka a failli le détenir en solo si son roulé pour le birdie au 18e pour 62 ne s’était pas arrêté en bordure de la coupe.

Au sujet du peloton de tête, Straka et Pieters étaient ensemble au sein du premier trio au départ.

SOLIDE DÉPART CANADIEN

Les Canadiens vont bien.

Corey Conners et Mackenzie Hughes ont joué des 69 ce qui les situent au 20e rang congestionné avec onze joueurs sur un pied d’égalité.

Conners était du même groupe que le héros national Hideki Matsuyama, aussi auteur de 69. Arrêté par la pluie, Mac évoluait avec Janewattananond.

AUTRES POINTAGES CHEZ LES GRANDES POINTURES

Participant le plus haut classé mondialement en vertu de sa 3e place suite au forfait de l’Espagnol Jon Rahm, testé de nouveau positif, l’Américain Justin Thomas a inscrit  71 d’une rare façon.

Incapable d’acheter un coup roulé, il a aligné 18 normales, ce qui ne s’est fait que cinq fois en 17 000 rondes disputées à la PGA cette année.

Les plus bas comptes américains s’avèrent les 68 de Patrick Reed appelé en remplacement à Bryson DeChambeau, aussi testé positif, et Xander Schauffele. 

Leur coéquipier Collin Morikawa, nouveau champion de l’omnium britannique, et l’Irlandais Rory McIlroy sont aussi du groupe des onze à 69 et donc à un coup de la 12e  position et deux de la 8e pour montrer comme c’est corsé comme début.

Seulement huit des 60 internationaux ont terminé au-dessus de la normale.

Bon dodo aux braves qui ont veillé jusqu’à cinq heures en raison du délai de pluie!

 

Jeux olympiques

Après la natation, pourquoi pas au tour du golf canadien de faire une vague?

Victoria, BC – 04 June 2018 – Dan Pino, Director of Corporate Communications, speaks at Team Canada media day hosted by Golf Canada at Bear Mountain Golf Club, BC. (Photo: Chuck Russell/Golf Canada)

Ajoutez un autre nom à la délégation du Canada aux Jeux olympiques

Il est gaucher et cogneur de la longue balle.

Son nom est Dan Pino, directeur principal des communications de Golf Canada alors que, bel honneur, il a été retenu par le Comité olympique canadien pour faire le voyage  à Tokyo afin d’agir dans le rôle d’attaché de presse comme à Rio de Janeiro en 2016.  

Sachez qu’il n’est pas là pour jouer au touriste.

«Tokyo est une des grandes villes dans le monde, mais nos défis déjà sont nombreux», dit-il sans se plaindre.

L’encadrement des athlètes est réduit pour tous les pays en raison des restrictions sanitaires.

En plus du golf bien sûr, le rugby masculin, le tir et la voile sont ses autres sports en raison des restrictions sanitaires obligeant à porter plusieurs chapeaux.

Avec un tel agenda, mettons qu’il multiplie les navettes d’autobus pour ne rien manquer.

Parlons golf 

Dan Pino rappelle que Corey Conners et Mackenzie Hughes entrent en action à partir de mercredi soir à notre heure pour continuer pendant la nuit.

Nos olympiens sont arrivés de l’Omnium britannique après un vol de 12 heures. Pour des motifs de logistique côté transport, ils demeurent à l’hôtel plus proche au lieu du Village en espérant néanmoins y faire un saut. Les épouses sont du voyage dans le rôle de  «conseillère personnelle». 

Brooke Henderson et Alena Sharp suivront, le volet féminin étant la semaine prochaine.

La natation est beaucoup la locomotive du Canada dans la collecte de podiums en ces premiers jours des Jeux. Dan Pino est un autre qui croit que le golf canadien est aussi capable de faire des vagues.

«Autant Corey que Mac ont montré qu’ils possédaient le bagage nécessaire pour bien faire dans les grands événements», mentionne-t-il.

Conners compte deux top dix (7e et 10e) à ses deux tournois des Maîtres alors que Hughes s’est retrouvé dans le peloton de tête de deux Grands Chelems pour terminer excellent 6 à l’Open britannique.

Brooke Henderson, victorieuse dix fois à la LPGA, en sera à sa deuxième expérience à seulement 23 ans.

«On sait ce que Brooke peut faire», ajoute-t-il. 

Avecune carte finale de 67 malgré un bogey au premier trou, elle avait terminé à seulement deux petits coups de la médaille de bronze à l’âge précoce de 18 ans. 

«Vous savez, le Canada est au nombre des pays candidats potentiels à monter au podium autant chez les hommes que les femmes», conclut Dan Pino.

Pourquoi pas?

Jeux olympiques

La quête olympique des amis Mackenzie Hughes et Corey Conners

Mackenzie Hughes Corey Conners
Willingdon Cup winners Team Ontario. Mackenzie Hughes and Corey Conners 2012 Canadian Men's Amateur Championship

Ils ont joué ensemble au golf junior.

Puis étaient coéquipiers au collège.

Tous deux jouent sur le Circuit de la PGA.

Aujourd’hui, les voilà ensemble aux Olympiques.

Corey Conners et Mackenzie Hughes font leurs débuts olympiques à Tokyo, où le tournoi de golf masculin se disputera du 28 au 31 juillet au Kasumigaseki Country Club. Les deux Canadiens ont partagé de nombreuses escales au fil de leur carrière golfique, auxquelles s’ajoute maintenant leur passage aux Jeux olympiques d’été comme représentants du Canada.

« Ça va être extraordinaire, a déclaré Conners lors d’une entrevue sur Zoom à la veille des Jeux. Ni l’un ni l’autre, on n’aurait pensé un jour qu’on serait des Olympiens, ou même des champions du PGA TOUR, tout en continuant d’être de grands amis. C’est formidable. Dur à croire que c’est arrivé. »

Conners et Hughes sont nés à 114 kilomètres à peine de distance l’un de l’autre, le premier à Listowel et le second à Dundas, en Ontario. Ils se sont rencontrés au Listowel Golf Club à l’âge de 12 ans, lors d’un tournoi de golf junior.

Aujourd’hui, les deux golfeurs natifs de petites villes arborent les couleurs de leur pays aux Jeux olympiques de Tokyo : « Imaginez ces deux p’tits gars qui s’en vont aux Olympiques représenter le Canada… ça ne s’invente pas », s’exclame Hughes.

Tous deux ont connu du succès dans les rangs du golf junior. Hughes s’est inscrit à l’Université Kent State en 2008-09, et Conners l’y a rejoint deux ans plus tard. Guidés par l’entraîneur de golf universitaire Herb Page, Conners et Hughes ont propulsé leur équipe jusqu’à la huitième de finale des Championnats de la NCAA en 2012.

Conners a remporté le Championnat junior d’Ontario en 2010. Hughes a conquis deux titres consécutifs au Championnat canadien amateur en 2011 et 2012. En 2012, Conners et Hughes ont mérité leur inclusion au sein de la formation nationale junior du Canada sous la direction de l’entraîneur Derek Ingram. Au Championnat mondial de golf amateur par équipes en Turquie, Hughes, Conners et le Torontois Albin Choi se sont classés au sixième rang.

Hughes n’a pas tardé à inscrire sa première victoire professionnelle, à la Classique celtique du Cap Breton, sur le Circuit Mackenzie, en 2013. Trois ans plus tard, Hughes a récolté des titres, d’abord sur le circuit qui s’appelait alors le Web.com Tour (Championnat de bienfaisance Price Cutter), puis sur le Circuit de la PGA, alors qu’il remportait une prolongation à cinq lors de la Classique RSM.

Conners, entré dans les rangs professionnels en 2015, a remporté son premier titre du PGA TOUR à l’Omnium du Texas Valero en 2019. Cette victoire a non seulement qualifié le jeune Canadien pour une place au Tournoi des Maîtres de la semaine suivante, mais aussi pour des départs à de nombreux championnats majeurs au cours des deux dernières saisons.

On reconnaît facilement Conners et Hughes à ces tournois majeurs; les Canadiens au tableau de compétition se rassemblent souvent pour une photo de groupe durant une ronde d’exercice, ce qui dénote l’esprit de camaraderie qui unit les golfeurs, jeunes et vieux, du contingent canadien.

« On connaît bien la façon de jouer de chacun et on se sent à l’aise, les uns avec les autres, fait remarquer Conners. Autant le golf est un sport individuel, autant on s’encourage mutuellement. On essaie de s’entraider sur le circuit, semaine après semaine. »

Les championnats majeurs de 2021 ont donné l’occasion à Conners et Hughes de se mesurer aux meilleurs golfeurs de la planète. Aux quatre tournois majeurs du Circuit de la PGA, un Canadien a terminé dans le top 20, et à deux de ces compétitions, Conners et Hughes ont atteint le top 10. À l’Omnium des États-Unis 2021, Hughes s’est rendu jusque dans le groupe final du dimanche et Conners, lui, a atteint l’avant-dernier appariement de la ronde finale à l’Omnium britannique cet été.

Ces résultats illustrent tout le chemin parcouru par Conners et Hughes depuis leur arrivée chez les professionnels, ainsi que leur prédilection pour les grosses compétitions. Bien qu’ils soient tous deux des nouveaux venus aux Olympiques, ils ne sont pas étrangers aux défis que pose le jeu contre des étoiles du golf comme Jon Rahm, Collin Morikawa et Rory McIlroy.

Les Jeux olympiques auront la même allure pour eux. Comme aux tournois qui ont précédé, les spectateurs seront absents et de stricts protocoles sanitaires définiront le quotidien des athlètes olympiques en ces temps de pandémie de COVID-19.

Certains des meilleurs golfeurs du monde n’iront pas, toutefois, tel le no 1 mondial Dustin Johnson, en raison des restrictions, de la pandémie et du calendrier golfique très occupé. Mais pour Conners et Hughes, rater les Jeux n’a jamais été une option. Ils ont dit oui dès qu’on leur a proposé d’y participer, pas seulement pour l’honneur de représenter le Canada, mais aussi pour la chance très rare que cela leur donne de faire partie d’un tel évènement d’envergure mondiale.

« C’est tout un honneur, très spécial, de s’appeler “un Olympien”, et je suis particulièrement fier et très excité de représenter Équipe Canada, souligne Conners. Il n’a jamais été question de ne pas y aller, je voulais juste mériter ma place au sein de l’équipe. »

Il y a quatre ans, Graham DeLaet et David Hearn ont défendu les golfeurs masculins du Canada à Rio, clôturant 20e et 30e ex aequo respectivement. À voir la façon dont Conners et Hughes jouent à la veille de l’évènement et connaissant leur motivation, il ne fait aucun doute qu’une chance de monter sur le podium est à leur portée.

« On espère bien faire un peu mieux et remporter quelques médailles », conclut Hughes.

(Note : Pour acheter des articles de golf olympique, veuillez cliquer ici.)

Jeux olympiques

Une médaille canadienne au golf à Tokyo? et pourquoi pas… deux?

The Tokyo 2020 logo is pictured in Sagamihara on March 30, 2020. - Postponed Tokyo Olympics to open July 23, 2021, organisers said on March 30, 2020, announcing the new date after the Games were delayed because of the coronavirus pandemic. (Photo by CHARLY TRIBALLEAU / AFP) (Photo by CHARLY TRIBALLEAU/AFP via Getty Images)

Notre collaborateur Mario Brisebois en a vu et vécu des Jeux olympiques et ça continue.

Tokyo s’avère ses 10e Jeux d’été pour un total de 21 en incluant ceux d’hiver, principalement dans le rôle de chroniqueur-télé au Journal de Montréal.

Il entreprend une autre nouvelle dizaine avec une série de billets dont celui-ci pour débuter.

En passant, Mario vous fait dire qu’il a commencé à couvrir les JO à l’âge de… huit ans. 

Bons Jeux ensemble et bonne lecture aussi.

Les espoirs canadiens

Dans les événements et plus exactement les noms à surveiller pour le Canada aux Jeux olympiques de Tokyo, il y a Andre de Grasse aux 100 mères, nos poissons à la piscine en retenant le nom de Summer McIntosh, Mike Woods en vélo et d’autres, mais il faudra aussi garder le golf à l’œil comme candidat potentiel au podium avec les hommes en action à partir de jeudi avant les dames, lesquelles enchaîneront la semaine suivante.

Évidemment que le Canada n’est pas les États-Unis alignant Collin Morikawa (3e) qui vient de gagner le British Open, Justin Thomas (4e), Xander Schauffele (5e) et Patrick Reed (13e) comme remplaçant de onzième heure de Bryson DeChambeau, testé positif à la Covid-19, en n’oubliant pas leur numéro un féminine Nelly Korda. 

Sans être au nombre les favoris, on s’en doute, Mackenzie Hughes et Corey Conners appartiennent néanmoins à la catégorie des noms à garder sur le radar.

Sans posséder la réputation et non plus le palmarès des étoiles précitées, nos deux Canadiens sont nettement plus compétitifs que ne l’indique leur classement les situant 53e et 36e au monde.

Depuis un mois, Hughes ne vient-il pas de se retrouver parmi le peloton de tête en dernière journée de l’Omnium des États-Unis et aussi de l’Open britannique pas plus tard qu’il y a deux semaines pour y finir très honorable 6e.

Conners a aussi montré qu’il est à la hauteur lors des grands rendez-vous ayant terminé 10e et 8e à Augusta à ses deux plus récents Tournois  des Maîtres avec un 7e rang au Championnat TPC entre les deux.

À surveiller cette semaine et la prochaine

Le golf canadien, disons-le, appartient à une petite poignée de pays pouvant aspirer à une médaille autant chez les hommes que les femmes.

Septième au monde et déjà gagnante de 10 titres à la LPGA, Brooke Henderson n’avait t-elle joué 67 en dernière ronde lors des Jeux précédents à Rio de Janeiro en 2016 pour échapper le bronze que par deux petits coups à 18  ans alors qu’elle en a maintenant 23.

Une médaille aux Jeux pour le golf canadien à Tokyo? Pourquoi pas deux alors?

Double boguey… olympique  

La Covid-19 coûte cher au numéro un mondial Jon Rahm testé positif aux Jeux olympiques quelques semaines après avoir dû aussi se retirer avant la quatrième journée du Memorial alors qu’il menait par six coups.

À la prochaine pour Brigitte

Ce n’est sûrement pas le genre de défense de son Championnat américain Western que souhaitait Brigitte Thibault, d’Équipe Canada, ses comptes de 74-77 ne suffisant pas.

Aussi de la formation nationale, Sarah-Ève Rhéaume a, elle, atteint le volet au jeu par trous en vertu de son 67 après 77.

Investissement à venir

Beaconsfield a commandé une étude pour des travaux futurs sur le parcours.

Coup de sifflet

Un assidu de Montréal et plus précisément du Centre Bell étant officiel de la Ligue nationale de hockey, Garrett Rank a bien fait à la Coupe Porter.

Il a bouclé 2e à deux coups de retard à la prestigieuse Coupe Porter, de Niagara Falls, aux États-Unis, après que le gagnant ait frappé un arbre au 17e et un siège d’un spectateur au 18e alors que la balle se dirigeait chaque fois vers le hors-limites. 

Birdies x 7

Comment était votre golf samedi? Keith Mitchell, lui, à réussi des oiselets du 1er au 7e trous au tournoi 3M du Minnesota pour égaler une marque de la PGA.

Circuit LPGA Jeux olympiques

Nos représentantes aux Jeux olympiques de Tokyo : Brooke Henderson et Alena Sharp

MIDLAND, MICHIGAN - JULY 18: Teammates Brooke Henderson (R) and Alena Sharp walk off the first green during round two of the Dow Great Lakes Bay Invitational at Midland Country Club on July 18, 2019 in Midland, Michigan. (Photo by Gregory Shamus/Getty Images)

Elles étaient les recrues des Jeux olympiques de Rio en 2016.

Cinq ans plus tard, Brooke Henderson et Alena Sharp sont des compétitrices olympiques aguerries pour le Canada.

Les Jeux olympiques de Tokyo cet été seront les deuxièmes Jeux qui verront Brooke Henderson et Alena Sharp représenter l’unifolié. Leur succès en LPGA étant apparent pour les deux golfeuses au cours des cinq années qui se sont écoulées depuis Rio 2016, Henderson et Sharp se régalent de cette nouvelle occasion de remporter une médaille olympique à Tokyo.

« Je suis honorée et fière de faire partie de l’équipe canadienne cet été, » a déclaré Henderson. « J’adore représenter mon pays et ressentir tout le soutien de ma famille, de mes amis et des fervents de golf canadiens à la maison. »

« Je suis vraiment excitée d’y jouer à nouveau, » a ajouté Sharp. « J’ai hâte de représenter le Canada et de porter le rouge et le blanc. »

Sharp est devenue professionnelle en 2003 et est toujours en pleine forme à l’âge de 40 ans. Avec neuf victoires professionnelles, elle continue d’être un modèle de constance pour le golf féminin canadien sur le circuit de la LPGA. Ne cherchez pas plus loin que le championnat féminin de la PGA KPMG de 2021, où elle a commencé par deux rondes inférieures à 70, avant de terminer par à égalité au 25e rang.

Tandis que Sharp est en fin de carrière, Henderson, elle, ne fait que commencer. Elle a connu une ascension fulgurante dans le monde du golf féminin en remportant le Championnat féminin de la PGA KPMG en 2016. Depuis, Henderson compte 10 victoires en LPGA, ce qui fait d’elle la golfeuse la plus décorée de l’histoire de ce sport au pays (homme ou femme).

Alors que Henderson connaissait une montée en flèche de sa popularité et de son succès, elle pouvait compter sur sa compatriote canadienne Sharp pour obtenir des conseils et du mentorat.

« Cela signifie beaucoup de partager à nouveau ce voyage avec Alena, » a déclaré Henderson. « Elle a été un mentor et une grande amie pour moi. »

Depuis leur participation aux Jeux olympiques de Rio, Henderson et Sharp continuent d’élever le niveau du golf féminin canadien avec classe et excellence. Lors de l’Omnium féminin CP de 2018 en Saskatchewan, Sharp a fait preuve de sensibilité et de respect envers l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt, comme en témoignait son sac de golf vert et jaune. Henderson a ensuite cimenté sa légende au Wascana Country Club en remportant l’Omnium féminin CP, devenant ainsi la première Canadienne à remporter le championnat national ouvert de golf depuis Jocelyne Bourassa en 1973.

Les premières embrassades de Henderson ont été celles de sa sœur et caddie, Brittany, et de son père, Dave. Sharp a été la première à féliciter Henderson, en sabrant le champagne en signe de célébration sur le vert du 18e trou.

Brooke Henderson, Alena Sharp
REGINA, CANADA – AUGUST 26: Brooke Henderson of Canada is sprayed in champagne by her dad Dave, Megan Khang and Alena Sharp after sinking her final putt of the final round to win the CP Womens Open at the Wascana Country Club on August 26, 2018 in Regina, Canada. (Photo by Vaughn Ridley/Getty Images)

Chaque fois que Henderson gagne, elle ne tarde pas à recevoir un message de félicitations de la part de Sharp. Henderson lui rend également la pareille, en étant présente pour sa coéquipière lors des moments importants de sa vie. Par exemple, lorsque Sharp s’est mariée en novembre dernier avec sa caddie et partenaire, Sarah Bowman, Henderson a participé aux festivités.

Il est évident que le lien entre Henderson et Sharp va bien au-delà du tertre de départ, des allées et des verts.

« Nous sommes là pour nous encourager lors des compétitions de golf, mais lorsque vous allez aux Jeux olympiques, vous faites partie d’une plus grande équipe, » a déclaré Sharp.

La participation aux Jeux olympiques sera différente en 2021 qu’en 2016. Henderson et Sharp s’entraîneront ensemble au Kasumigaseki Country Club, afin de repérer le parcours avant le début de la compétition de golf féminin. Les deux Canadiennes s’appuieront sur les conseils de leurs homologues masculins, Corey Conners et Mackenzie Hughes, car le tournoi masculin a lieu une semaine avant. La compétition féminine se déroule du 4 au 7 août 2021.

« Tout peut arriver en quatre jours, » a déclaré Henderson. « Il faut travailler fort, se concentrer, mettre en place un bon plan et je suis juste excitée d’avoir l’opportunité d’aller y concourir. »

La vie à l’extérieur du parcours ne comportera pas la même exubérance qui règne dans le village olympique. En raison de la pandémie de la COVID-19, aucun supporteur ne sera autorisé sur le parcours, de même qu’aucun ami ou membre de la famille. Au lieu de cela, les golfeuses devront compter sur leur propre énergie pour se motiver.

Henderson et Sharp sont habitués à jouer des tournois sans spectateurs depuis un an. Loin du parcours, ils vont s’occuper, que ce soit en jouant aux cartes ou en regardant Netflix.

« Nous savons quand nous devons nous concentrer et faire notre travail, mais il est agréable de se détendre, de s’amuser et de profiter de sa compagnie également, » a déclaré Henderson.

Pour Henderson et Sharp, les Jeux olympiques de Tokyo sont une aventure qui dure depuis cinq ans. Après avoir terminé en septième position pour Henderson et au trentième rang pour Sharp, elles cherchent à tirer parti de leurs performances pour monter sur le podium.

Mais surtout, dans une olympiade pas comme les autres, Henderson et Sharp pourront compter sur leur partenariat et leur amitié, qui se prolongeront bien au-delà des résultats des Jeux.

(Note : Pour acheter des vêtements et des souvenirs de golf olympique, veuillez cliquer sur ce lien)