PGA TOUR

Le « Tigre » comme… notre Dodo, et voici quoi surveiller en décembre

Albany golf course, Albany, New Providence, The Bahamas

Ciel que le temps file vite ! Trop vite ! Dans moins d’un mois, nous serons déjà en transition entre Noël et le début de la nouvelle année.  

Avec tout ce qu’il reste à faire, il ne faut surtout pas se fier à décembre pour ralentir la cadence. Même au golf, le mois sera occupé. 

Tout débutera très fort, cette semaine, avec le retour de Tiger Woods, qui en compte plus que notre Dodo nationale à ses années actives. Il revient au jeu à l’occasion du World Challenge Hero, aux Bahamas. 

 Il s’agit de sa septième résurgence après une absence prolongée, cette dernière remontant en avril, au Tournoi des Maîtres, avant son abandon avec sa jambe reconstituée qui refusait de suivre davantage. 

Le Tigre ne gagnera pas à ce rendez-vous sur invitation limité à 20 participants, au profit de la fondation à son nom, mais il pourrait être compétitif.  

Golf Week rappelle que Tiger n’a jamais été éliminé à mi-chemin lorsqu’il reprend l’action. 

Au Challenge World Hero de 2017, il avait réalisé un Top 10 (9e) après une opération au dos et fini quatrième au Masters, en 2010, malgré cinq mois sur le carreau. 

Bref, comme Dominique Michel auparavant, le sens des retours ne ment pas.  

AUSSI À SURVEILLER 

Dans les autres moments à suivre en décembre, le Tigre et son fils, Charlie, participent au toujours très sympathique tournoi parents-enfants. 

Pourquoi pas une victoire canadienne à l’évènement mixte avec Brooke Henderson et Corey Conners qui seront jumelés pour l’occasion?   

Dans les autres moments à suivre pendant ce sprint final en 2023, on pousse fort, tous ensemble, avec Étienne Papineau. Du 14 au 17 décembre, il disputera la qualification finale de la série Korn Ferry à Ponte Vedra, en Floride, où il pourrait devenirle talent québécois tant attendu à joindre la grande PGA.  

Aussi à l’international, The Royal & Ancient doit annoncer un plan pour le contrôle des distances de balle avant la fin de l’année.  

De retour chez nous, la sélection au prix Pierre-Nadon reste à venir, en n’oubliant pas la tradition de notre quiz des Fêtes.

PGA Champions Tour PGA TOUR

Les meneurs Titleist de la semaine de Golf Canada

PGA TOUR

Scottie Scheffler a remis une carte de 68 pour une ronde sans bogey qui l’a mené vers la victoire par trois coups au Hero World Challenge. Scheffler, qui jouait pour la première fois depuis le tournoi de la Coupe Ryder, a ainsi décroché son troisième titre de l’année, son premier depuis mars. Sepp Straka a profité de trois oiselets tardifs pour terminer deuxième avec un coup de mieux que Justin Thomas qui a inscrit son troisième résultat consécutif dans le top 5. Tiger Woods, qui jouait pour la première fois en compétition depuis son intervention chirurgicale à la cheville en avril, a conclu au 18e rang du peloton de 20 joueurs. C’était la troisième fois seulement en deux ans qu’il complétait les 72 trous d’un tournoi.

PROCHAIN ÉVÈNEMENT : Grant Thornton Invitational (8 déc.)

CANADIENS INSCRITS : Brooke Henderson, Corey Conners, Nick Taylor

PGA TOUR/KORN FERRY TOUR

Quatre autres Canadiens ont progressé vers l’étape finale des séries de qualification du PGA TOUR au terme des deux tournois de deuxième étape disputés la semaine dernière. Sudarshan Yellamaraju, qui jouait sur le Circuit PGA Tour Canada la saison dernière, a conclu à égalité en deuxième place au tournoi de qualification de Géorgie, à quatre coups du vainqueur, alors que Thomas Giroux concluait cinquième ex aequo. Michael Gligicétait parmi les joueurs à surveiller qui n’a pas réussi à avancer, ayant terminé à égalité au 24e rang avec quatre coups de trop pour passer à l’étape suivante. …Jared du Toit, qui a pris le départ 63 fois en carrière sur le Circuit PGA Tour Canada, a terminé cinquième ex aequo au tournoi de qualification de Californie, alors que Stuart Macdonald concluait au neuvième rang à égalité. L’étape finale des qualifications aura lieu du 14 au 17 décembre sur les parcours Dye’s Valley de Sawgrass et Sawgrass Country Club. 

PROCHAIN ÉVÈNEMENT : PGA Tour Q-School présentée par Korn Ferry – Étape finale (14déc.)

LPGA/EPSON TOUR

Les Canadiennes Maddie Szeryk et Savannah Grewal sont à égalité en 14e place après trois des six rondes de la Série de qualification de la LPGA. Le duo avait amorcé la journée au quatrième rang ex aequo avant de jouer des scores de ronde identique de 70, soit moins 1, dimanche. Grewal avait décidé de passer dans les rangs professionnels avant le début de la première ronde afin de pouvoir participer au tournoi. …Alena Sharp a remis une carte de 70 pour sa troisième ronde, glissant de 15 places au tableau pour se retrouver 59e à égalité. L’évènement a été prolongé d’une journée et se terminera mercredi, après que l’on ait dû reporter le reste de la troisième ronde samedi à cause des conditions injouables du terrain détrempé par 36 heures de pluie ininterrompue. Après la quatrième ronde de lundi, le tableau sera ramené aux 65 meilleures joueuses, y compris les égalités. Les golfeuses qui qui termineront dans le top 45 et les égalités obtiendront leur carte du Circuit de la LPGA pour la saison 2024.

CIRCUIT EUROPÉEN

Dean Burmester a remporté une deuxième victoire consécutive grâce à son avance de trois coups en finale de l’Omnium d’Afrique du Sud. Burmester, qui joue dans la Ligue LIV Golf, a rattrapé un déficit de deux coups pour décrocher son quatrième titre en carrière sur le Circuit européen. Il avait également remporté l’Omnium de Johannesburg la semaine dernière. L’Italien Renato Paratore, le Suédois Jesper Svensson et le Sud-Africain Ryan van Velzen se sont tous partagé la deuxième place.

POS SCORESTOTAL
É25Aaron Cockerill72-72-69-72-3

PROCHAIN ÉVÈNEMENT : Alfred Dunhill Championship (7 déc.)

CANADIEN INSCRIT : Aaron Cockerill 

LPGA PGA TOUR

Grosse semaine, deuil en double, tir groupé canadien, Lexi et beaucoup plus  

Brigitte Thibault

Qui a dit que l’actualité se tranquillisait plus que le mois d’octobre progressait ? Ce n’est surtout pas le chroniqueur qui va s’en plaindre !  

Trois de nos talents sont encore en test et, conséquemment, en situation de grand stress aux qualifications de la PGA ou de la LPGA.  

Raoul Ménard et Brandon Lacasse sont tous deux à Madison, au Mississippi, pour entreprendre la première des trois sélections annuelles de la série Korn Ferry. 

Brigitte Thibault, elle, est à Venice, en Floride, pour le deuxième des trois segments menant à la LPGA. 

Le trio sera en action de mardi à vendredi. 

Toujours à l’agenda cette semaine, il faut ajouter les intronisations de Dave Ross et Lisa Meldrum au Panthéon du Québec. 

On suit le tout pour continuer de vous informer.  

DERNIÈRE HEURE 

On apprend le décès de Claude Bédard, longtemps directeur des sports au Journal de Québec. On associe automatiquement sa carrière aux Nordiques, bien sûr.

2, 3 13 et 18 

Il s’agit des positions des Canadiens Adam Hadwin, Taylor Pendrith, Nick Taylor et Adam Svensson, la fin de semaine dernière, au tournoi Shriners de Las Vegas, où ils ont tout fait sauf gagner. 

Le Coréen Tom Kim l’a emporté pour une deuxième année de suite.  

18 MILLIONS $ (US)  

Telle a été la faramineuse somme encaissée par l’Américain Talor Gooch, dimanche dernier, à titre de nouveau champion du circuit LIV GOLF pour l’année 2023. Talor qui?  

Il succède ainsi à Dustin Johnson. 

PAS JUSTE DU SKI À SAINT-SAUVEUR PENDANT L’HIVER 

Un concept de golf est en phase de réalisation dans la localité des Laurentides. Sans « brûler » la nouvelle, sachez que le maître d’œuvre est solide. C’est toujours bien, du sang neuf, et les idées qui viennent avec.  

L’ÉTOILE DE LA SEMAINE 

Le prix va à Lexi Thompson même si ses très honorables pointages de 73 et 69 n’ont pas suffi pour se qualifier pour les rondes finales du tournoi Shriners’ Childrens.  

Lors d’une semaine surchargée comme jamais à Las Vegas, avec le match Packers-Raiders à la NFL, l’ouverture de la saison des Golden Knights, les champions en titre de la coupe Stanley, une soirée de combats de UFC, une course de NASCAR et un spectacle de U2, elle est parvenue à faire parler de golf.  

La fille peut frapper en titi. Ses coups départ de 300 verges et plus lui ont permis de négocier une normale cinq en deux coups et une normale quatre du tertre de départ.  

DEUIL  

Nos condoléances à la famille d’Henri Chatelain, un vétéran professionnel québécois décédé au début de la fin de semaine passée. Plus détails ailleurs sur le site.  

À VENDRE… 

C’est le cas au club Les Dunes, à Sorel-Tracy.  

PROS (2) RECHERCHÉS 

Ajoutez ClubLink, qui connaît un automne occupé sur le marché de l’emploi. 

L’organisation cherche un directeur des opérations à Islesmere (Laval) et à Hautes-Plaines (Gatineau). 

FORE! 

La météo annonce des températures au-dessus de la moyenne, cette semaine. Profitons-en!  

PGA TOUR

Weir et Furyk se préparent déjà pour la Coupe des Présidents à Montréal

La légende canadienne du golf Mike Weir compte les jours jusqu’à ce qu’il puisse à nouveau entendre le rugissement de la foule à la Coupe des Présidents.

L’Ontarien effectuait des inspections sur place et il rencontrait les principaux organisateurs de la Coupe des Présidents de 2024 au club de golf Royal Montréal, mardi.

Weir a mentionné que même si le tournoi à 12 contre 12 mettra en vedette certains des meilleurs joueurs du circuit de la PGA, l’ambiance est à un tout autre niveau que celle sur le circuit de golf masculin.

« Il y a des rugissements, pas que des cris, a expliqué Weir, qui est le premier Canadien à devenir capitaine de l’équipe internationale. C’est une autre expérience, non seulement pour les joueurs, mais aussi pour les partisans, qui sont plus engagés. Ça ressemble davantage à un match de hockey. »

La Coupe des Présidents voit 12 joueurs américains affronter 12 joueurs de partout dans le monde, sauf de l’Europe. Parce que l’événement met en vedette moins de groupes sur le terrain en même temps, les foules suivent les joueurs de trou en trou, créant une ambiance animée.

Le premier trou d’une Coupe des Présidents est particulièrement impressionnant. Les joueurs arrivent au tertre de départ à partir d’un tunnel et un annonceur et des séquences vidéo annoncent leur arrivée.

« L’expérience du premier tertre est incroyable, a déclaré Weir. Il y a de la musique lorsque les joueurs sortent du tunnel, il y a un grand écran et vous pouvez voir les premiers coups de départ. »

Weir et Jim Furyk, en tant que capitaines non joueurs des équipes internationales et américaines, sont responsables de presque tous les détails de leurs équipes.

Bien que les huit premiers joueurs sélectionnés au sein de chaque équipe soient sélectionnés automatiquement en fonction de leur classement sur le circuit de la PGA, Weir et Furyk pourront choisir eux-mêmes les quatre joueurs restants.

Ils sont également responsables de l’aménagement des cabines des équipes, où les joueurs et leurs conjointes se préparent pour leurs matchs, de la conception des uniformes et des sacs des équipes, ainsi que le moment et la manière dont leurs équipes s’entraînent.

Weir et Furyk doivent équilibrer ces responsabilités en même temps qu’ils jouent sur le circuit des Champions de la PGA, le circuit senior du golf masculin.

« Dès que j’ai accepté le poste, je savais que mon propre jeu serait mis de côté pendant quelques années, a laissé entendre Weir, qui a raté les deux derniers tournois du circuit des Champions afin de pouvoir se concentrer sur sa préparation pour la Coupe des Présidents. Cette équipe et la Coupe des Présidents ont toujours été pour moi une partie importante de ma carrière. Être capitaine est pour moi la priorité dans le monde du golf et mon propre jeu passe en deuxième position. »

Le club de golf Royal Montréal accueille la Coupe des Présidents du 24 au 29 septembre 2024. C’est la deuxième fois que le plus vieux club de golf en Amérique du Nord accueillera l’événement. Weir et Furyk ont tous deux participé à la représentation du tournoi en 2007.

« Le terrain n’a pas vraiment changé depuis 2007, a noté Furyk. Ils vont y ajouter un peu de distance, mais ça reste très similaire. Il a résisté à l’épreuve du temps, c’est sûr. L’événement a pris de l’ampleur, en ce qui concerne le nombre de spectateurs, les chaînes de télévision et l’attrait mondial. Je pense que le golf a également pris de l’ampleur dans le monde entier. »

Les Ontariens Corey Conners et Taylor Pendrith ont fait partie de l’équipe internationale à Quail Hollow, l’an dernier. Il s’agissait de la première fois que deux Canadiens prenaient part à l’événement.

Les États-Unis ont vaincu les joueurs internationaux 17,5 à 12,5. Furyk a affirmé que son équipe sera prête à jouer en territoire hostile lorsque le tournoi se déroulera au nord de la frontière.

« Nous sommes l’équipe en visite, donc beaucoup de partisans se rallieront à l’équipe internationale, a soutenu Furyk. Je pense qu’en tant que joueur, tu apprécies les deux scénarios. Tu aimes faire partie de l’équipe locale, tu aimes le soutien, mais c’est bien de jouer à l’étranger de temps en temps et de jouer le rôle du vilain. »

Korn Ferry Tour PGA TOUR PGA TOUR Americas

Tout un cadeau d’anniversaire pour Étienne Papineau qui s’approche de la PGA!

Étienne Papineau ne pouvait pas recevoir plus gratifiant cadeau pour son anniversaire, cette semaine. 

Sa carrière atteint un nouveau sommet alors qu’il célébrbera ce mercredi son 27e anniversaire à titre de nouveau membre de la série Korn Ferry.

Il s’agit de la dernière porte d’entrée vers la PGA.

Les cinq premiers dimanche au classement final de l’année du circuit  Fortinet PGA Tour Canada obtenaienet leur graduation .  

Membre d’Équipe Canada, Étienne a terminé 4e total des points.

Il a remporté la victoire au premier tournoi à Victoria et terminé 2  au Manitoba.

Il a aussi gagné à Victoriaville, mais la Coupe Canada ne figure pas au calendrier pan-canadien malgré son appellation.

AUTRES CADEAUX

Auparavant champion du Québec chez les amateurs et les juniors, Étienne  Papineau a terminé, dimanche, avec 68, 66, 67 et 74 au Championnat de fin d’année de Calgary.

En plus de sa nouvelle certification Korn Ferry, Étienne Papineau accède directement à la troisième et dernière qualification à la ami-décembre.

Étant premier Canadien il décroche, en plus, une invitation à l’Omnium RBC du Canada l’an prochain.

Bravo!

Coupe du présidents Golf Québec PGA TOUR

Les capitaines Fuyrk et Weir très bientôt à Montréal, Céleste chez les pros, jour J pour la Coupe Ryder et autres nouvelles  

Derek Leung/Getty Images

Déjà septembre qui arrive et c’est tant mieux, même si la saison ne va pas nécessairement pas dans la bonne direction en ce qui a trait à la durée restante.  

S’il existe un minimum de justice sur cette terre, la météo à venir ne peut pas être pire que cet été avec toute la pluie causant les inondations, les ouragans ou les grands feux… avec la contamination de l’air qui vient avec. 

Ce qui est déjà sûr, en septembre, c’est qu’il y aura bientôt de la célèbre visite à Montréal.  

Il faut encercler tout de suite le 13 septembre au calendrier. 

Si les dates de retour de la Coupe des Présidents 2024 à Royal Montréal sont celles du 24 au 29 septembre, les activités, elles, commencent dès le 13. 

Les deux capitaines Jim Furyk, de l’équipe des États-Unis, et Mike Weir, de la formation internationale, sauf l’Europe, seront alors en ville, plus précisément à la Place Ville-Marie.  

Un coup de maître des dirigeants de la Chambre de commerce, lesquels recevront les deux chefs de file dans le cadre de leur série de rencontres intitulée « Évènements-leaders internationaux ». 

Ils sont titulaires, ensemble, de 25 tournois à la PGA, dont au Tournoi des Maîtres, il y a 20 ans cette année, pour Weir, de même qu’à l’Omnium des États-Unis pour Furyk. 

Fore! Des billets sont en vente pour cette présentation en après-midi, de 14h15 à 18h, avec, comme moment fort, un entretien Furyk-Weir. Ce n’est pas donné, mais quand même moins cher que Taylor Swift si ça peut vous rassurer. 

SAVIEZ-VOUS QUE… 

La victoire de Viktor Hovland par la ronflante marge de cinq coups au Championnat du circuit n’est aucunement le reflet de l’année à la PGA. Vingt-deux tournois en 2023 ont été enlevés par un seul coup et sept des 14 derniers ont été décidés en surtemps. 

NOS QUÉBÉCOISES AUX SÉLECTIONS DE LA LPGA  

Dans la catégorie À surveiller en cette semaine de la fin d’août, l’attention est dirigée vers Rancho Mirage, en Californie, pour le début des qualifications de la LPGA en prévision de 2024. 

Chez les Québécoises, Céleste Dao y fait ses débuts professionnels. Josée Doyon, auteure dernièrement d’un pointage record de 63 au Kansas, est aussi sur les rangs. 

Elles sont 320 aspirantes réparties sur trois parcours et les 95 premières à la fin, jeudi, accéderont à la phase deux, en octobre.  

En passant, Sarah-Eve Rhéaume et Brigitte Thibault y sont déjà confirmées pour la suite, en Floride.  

EXPERT DE HOCKEY ET MORDU DE… GOLF 

Bien que le hockey était sa spécialité professionnelle, le journaliste Yvon Pedneault était aussi mordu de golf.  

Il est décédé, la fin de semaine dernière, à la suite d’un cancer fulgurant. Il avait 77 ans. Il a été mon directeur au Journal.  

Nos condoléances à son fils, Éric, un réalisateur télé.  

FÉLICITATIONS! 

Au tableau d’honneur des championnats québécois de 2023, il faut ajouter les noms de Léonie Tavares (Saint-Raphaël) et Cameron Robitaille (Saint-Hyacinthe). Le duo a été couronné à Knowlton, la semaine dernière, en tant que titulaires provinciaux chez les juniors au jeu par trou. 

Des mentions spéciales à Rosalie Langlois (Pinegrove) et Zack Pageau (Vallée du Richelieu) chez les finalistes.    

FORE ENCORE!  

Aussi sur la scène provinciale, c’est le début du circuit universitaire, lundi et mardi, à Milby.

L’IRRISISTIBLE BROOKE 

Les Canadiens font plus qu’aimer Brooke Henderson: ils l’adorent ! Lors de l’Omnium canadien CPKC à Vancouver, la semaine passée, des gens lui chantaient « Ô Canada » sur le parcours. 

« C’est phénoménal tout cet amour. Je suis heureuse d’avoir mieux joué en toute fin pour ajouter des sourires aux visages. Les partisans le méritent tant », a dit Henderson, détentrice de la 13e place en terminant avec 68 avec son jeu en montagnes russes marqué par deux rondes de 75, notamment.  

MARDI « CHAUD » EN COUPE RYDER 

Alors que le compte à rebours de la Coupe des Présidents s’amorce, Zach Johnson est soumis à son premier grand test. Le capitaine de l’équipe américaine de la Coupe Ryder va annoncer, mardi, ses six sélections pour les rencontres de Rome, à la fin septembre.   

La grande curiosité est de savoir s’il succombera et choisira Brooks Koepka et Dustin Johnson, deux transfuges du LIV GOLF, pour aider la cause des Américains qui ne gagnent pas en Europe? 

Le hic est que ça irait à l’encontre de ses précédentes décisions de nommer, parmi ses assistants, des intransigeants traditionalistes en Fred Coupes et Davis Love III, qui frappent sans cesse à grands coups de « driver » sur les déserteurs. 

Chez les Européens, Luke Donald a une semaine additionnelle pour réfléchir. 

PGA TOUR

On a hâte que Tiger sorte de son silence, la fumée, Rory McIlroy, gare aux voleurs et autres infos  

Sachez que l’action commence plus hâtivement à la PGA cette semaine. Ce sera aussi tôt que mardi après-midi en raison de la très importante réunion du conseil des joueurs à Detroit, avant le début du tournoi Rocket Mortgage. 

Bien sûr que ça va jaser fort, très fort, avec toute la tourmente, lire la colère, qui ne dérougit pas. 

De fait, la tempête ne cesse de s’accroître avec le silence radio de la PGA depuis l’annonce du 6 juin d’une entente avec LIV GOLF, signifiant la prise de contrôle de l’argent saoudien. Trois semaines plus tard, nous n’avons toujours pas de détails, comme si on construisait l’avion en plein vol. 

Voilà maintenant que Tom Watson ajoute à la pression en allant sur la place publique en signant une lettre ouverte.  

Y mettant tout le poids de son estimée réputation – cinq fois joueur de l’année et vainqueur de huit titres du Grand Chelem -, il implore avec fermeté et urgence son organisation de la PGA de sortir au plus vite ses joueurs de l’obscurité actuelle avec des informations qui ne viennent pas On dirait une véritable société secrète !  

Davis Love est plutôt seul dans son coin, suggérant la patience. Entre temps, Patrick Cantlay recrute pour un coup d’éclat potentiel. 

Dans la liste des absents, il y en a un avec un nom très connu. De fait, c’est aussi le plus influent. Où est passé Tiger Woods, ma foi? On ne l’a ni lu, vu ou entendu côté réactions. C’est anormal comme situation.  

On peut très bien comprendre que le Tigre ait opté pour la discrétion, le temps de régler ses affaires personnelles, en voyant le gâchis causé par la PGA, mais il reste qu’on a hâte de l’entendre. Le golf a obligatoirement besoin de lui dans le débat du changement, et ce, au plus vite!  

BOGUEY ! 

Le vol des voiturettes motorisées s’étend. C’est surtout le cas dans les Cantons-de-l’Est, notamment à Coaticook, où sept véhicules ont été subtilisés. Un système de sécurité est mis en place depuis. 

Président de l’Association des clubs de golf du Québec, Martin Ducharme demande la vigilance aux gens de camping, lesquels semblent être le principal marché de revente. 

LES RÉGIONS NE SONT PAS ÉPARGNÉES 

Nos grands médias mettent l’emphase sur Montréal, devenue la plus grande ville au monde avec la plus piètre qualité de l’air deux jours de suite devant des mégapoles telles New Delhi, Sao Paulo et Pékin.

Les régions ne sont pas moins éprouvées. Au contraire! 

À Radio-Canada, Véronique Mayrand nous apprend que les indices ont même été plus élevés à Gatineau, La Tuque, en Abitibi et ailleurs en province qu’à Montréal. 

L’aéroport de Val-d’Or a été réduit, samedi dernier, à un kilomètre de visibilité, ce qui donne une idée de l’opacité de la fumée.   

 Nos pensées accompagnent les gens qui subissent les évacuations.   

BINGO, LA 3254e FOIS PLUS TARD! 

« Voilà LA façon de me sortir de mes misères sur les verts », a dit Rory McIlroy en commentant son trou d’un coup en ouverture du Championnat Travelers. 

C’est d’autant plus le cas qu’il venait de commettre deux triples roulés!

Gagnant 23 fois à la PGA en 17 ans de carrière, il n’avait jamais réussi d’as à ses 3253 premières normales 3 disputées.

Il s’agit du nombre de trous nécessaires à Josh Mayo en prolongation avant d’avoir le dessus face à Noah Norton pour remporter la présentation inaugurale du Championnat des Premières Nations, à Kanawaki.   

VOYAGE À NE SURTOUT PAS RECOMMANDER 

Sachez que l’abandon de Mackenzie Hughes (76) au Travelers était tout sauf un petit bobo. Il était en douleur intense.  

C’est couché dans l’allée de l’appareil nolisé de Los Angeles que le Canadien a effectué le vol de retour du US Open. L’ambulance l’attendait sur le tarmac. 

Il a tenté de jouer, mais il a été diagnostiqué d’une pierre aux reins que l’on tente de faire passer par la médication.  

Il ne s’agit pas d’un grain de fosse de sable, le « morceau » faisant quatre millimètres. 

LES CHANCEUSES 

On parle des participantes à la Coupe Debbie Savoy Morel, lundi. Il faut savoir que c’est au très prisé et encore plus privé club Mount-Bruno que la compétition se tient. 

BIRDIE! 

Nos félicitations à Diane Drury et à son équipe pour l’organisation de l’évènement « invitation » pan-canadien de deux jours dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la fondation du Royal Montréal. Plus d’informations dans un texte voisin. 

PRÉDICTION 

« Étienne [Papineau] n’est à pas grand-chose d’évoluer régulièrement à la grande PGA », affirme Pierre Dugas, qui a été son entraîneur pendant 13 ans, dans un entretien avec Michel Tassé, de La Voix de l’Est

Omnium canadien RBC PGA TOUR

Nick Taylor remporte l’Omnium canadien RBC en prolongation et de façon spectaculaire

(Photo: Vaughn Ridley/Getty Images)

TORONTO – Les partisans n’auraient pas pu demander mieux comme fin de tournoi.

Le Britanno-Colombien Nick Taylor a réalisé un long coup roulé au quatrième trou de prolongation et il a eu le meilleur sur Tommy Fleetwood pour remporter l’Omnium canadien, dimanche.

À 72 pieds du trou, Taylor a effectué un roulé spectaculaire et la balle a finalement terminé son élan contre le fanion et au fond de la coupe. Il s’agissait du plus long coup roulé de sa carrière.

Mike Weir, Corey Conners, Adam Hadwin et des dirigeants de Golf Canada ont couru vers Taylor pour célébrer avec lui, pendant que des milliers de partisans en faisaient tout autant aux abords du terrain.

Taylor a par le fait même mis fin à la disette de 69 ans sans victoire canadienne à ce tournoi masculin. Pat Fletcher, en 1954, avait été le dernier Canadien à triompher devant ses partisans.

Taylor a amorcé la journée à égalité en huitième position, à moins-11. Il avait réussi le record du parcours du club de golf d’Oakdale avec une carte de 63, samedi.

Pendant environ une heure, aucun des deux golfeurs ne semblait vouloir s’approprier la victoire. Pourtant, la fin de la ronde ultime annonçait une prolongation intéressante.

Taylor a mis la pression en réussissant deux oiselets à ses deux derniers trous pour s’emparer de la tête. Fleetwood l’a cependant égalé grâce à un oiselet aux 16e et 17e fanions.

S’élançant sur le tertre du 18e trou, l’Anglais a envoyé ses deux premiers coups dans l’herbe longue et son troisième très profondément sur le vert. Il a dû se contenter d’une normale.

Les deux golfeurs ont inscrit un oiselet lors du premier trou de prolongation, mais ils ont ensuite offert du jeu erratique qui n’ont pas servi leur cause lors des deux trous de prolongation suivants. Taylor a finalement fermé les livres sans donner l’occasion à son adversaire de rester dans la lutte.

Les célébrations folles ont vu Hadwin, lui aussi originaire de la Colombie-Britannique, être plaqué au sol par un garde de sécurité alors qu’il courait sur le vert pour célébrer avec son compatriote.

« C’est incroyable. Qu’est-ce qu’on peut dire d’un des plus grands moments de l’histoire du golf canadien? Je pense que nous avions tous prédit que ça se produirait, a mentionné Hadwin, qui a insisté sur le fait qu’il n’avait pas ressenti le plaquage en raison de l’adrénaline. Je ne suis pas convaincu que quelqu’un avait prédit un long roulé de 72 pieds au quatrième trou de prolongation. »

Taylor et Fleetwood ont conclu les 72 premiers trous avec un pointage cumulatif de moins-17. C.T. Pan (70), Aaron Rai (67) et Tyrrell Hatton (64) ont partagé la troisième position, à un seul coup d’une participation à la prolongation.

Alors que l’Omnium des États-Unis se déroulera sur la côte ouest américaine la semaine prochaine, au club de golf de Los Angeles, la majorité des meilleurs joueurs au monde se sont tenus loin de Toronto pour se reposer en vue du troisième majeur de la saison.

Sam Burns, numéro 12 mondial, était le meilleur joueur au classement de la Coupe FedEx et il n’a pu éviter le couperet. Rory McIlroy (13e) et Hatton (16e) ont participé aux rondes du week-end.

Huit Canadiens ont participé aux deux dernières rondes, ce qui constitue le plus haut total depuis 2002.

Hadwin a notamment terminé à égalité au 12e échelon alors que Conners a partagé la 20e place.

Omnium canadien RBC PGA TOUR

Omnium canadien: Nick Taylor bat le record du parcours

Nick Taylor

Le Canadien Nick Taylor a établi un record de parcours, samedi, à l’Omnium de golf canadien, tandis que le Taïwanais C.T. Pan a pris les commandes du tournoi.

Taylor, d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, a signé une carte de 63, neuf coups sous la normale au Oakdale Golf and Country Club.

Il a surpassé la marque de huit coups sous la normale qu’avait égalée, vendredi, l’Anglais Tyrrell Hatton.

Cette spectaculaire performance, ponctuée de cinq oiselets sur le neuf d’aller, lui a permis de se hisser temporairement au sommet du classement avec une fiche de moins-11.

Pan l’a éventuellement devancé grâce à un score de 66 qui lui a permis de s’installer à moins-14.

Le Nord-Irlandais Rory McIlrow est l’un des six golfeurs à égalité au deuxième rang, à deux coups de Pan. McIlroy est en quête d’un troisième titre de suite à ce tournoi.

Il se retrouve à égalité avec les Américains Mark Hubbard, Harry Higgs et Andrew Novak, ainsi que les Anglais Tommy Fleetwood et Justin Rose.

Le Canadien Corey Conners a terminé la troisième ronde avec une carte de 70 et est désormais 10e, à moins-10. Son compatriote Adam Hadwin a aussi conclu la journée avec un score de 70. Il se positionne à égalité au 16e rang à moins-7.

Taylor Pendrith se retrouve à égalité au 24e rang à moins-5 à la suite d’une ronde de 70. Roger Sloan fait partie du groupe suivant à moins-4, lui qui a bouclé sa ronde en 73 coups. Will Bateman a glissé à égalité au 54e rang à moins-1 à la suite d’une ronde de 75. Mike Weir (74) et Stuart Macdonald (75) se retrouvent à égalité avec la normale après 54 trous.

Omnium canadien RBC PGA TOUR

Le Canadien Conners est revenu à un coup après le deuxième tour de l’Omnium canadien RBC 2023.

Corey Conners

Les chants de « Corrr-ayyyy! Cor-ay! Cor-ay! Cor-ay! » sur l’air célèbre de la chanson de football « Ole! » ont accompagné Corey Conners jusqu’au 18e green lors du deuxième tour de l’Omnium canadien RBC.

Originaire de Listowel, en Ontario, Conners a bien réagi aux chants de centaines de fans. Il a réussi à mettre son putt en deux coups sur le green difficile du Oakdale Golf and Country Club pour se rapprocher d’un coup du leader du championnat national masculin de golf.

« Il y avait beaucoup de chants, mais celui-là était nouveau », a déclaré Conners en riant. « J’apprécie vraiment le soutien des Canadiens. »

Conners a réalisé un score de 69, soit 3 sous le par, vendredi, et se trouve à égalité à la deuxième place avec le Taïwanais C.T. Pan, l’Anglais Aaron Rai et Tyrrell Hatton à 8 sous le total.

Le Chinois Carl Yuan a signé un tour à 5 sous le par pour se hisser en tête du classement, avec un coup d’avance sur ce groupe.

« Je suis vraiment satisfait du début », a déclaré Conners, qui était à égalité en tête après le premier tour. « C’est vraiment amusant ici cette semaine.

« C’est amusant de jouer devant les fans canadiens. Je profite simplement de la promenade. »

Yuan a déclaré après son tour le matin que son objectif est toujours de s’amuser sur le parcours.

« C’est mon objectif en venant cette semaine. C’est mon objectif numéro un », a déclaré Yuan en parlant de garder une ambiance légère. « Pas un objectif de résultat, juste être dans le moment présent, coup après coup, et essayer de m’amuser autant que possible. Tout simplement. »

Conners était bien placé lors du championnat PGA fin mai et a terminé à égalité à la 12e place. Il a déclaré que son attitude calme lui a été bénéfique à cette occasion et lui permet de rester concentré à l’Omnium canadien, considéré par la plupart des joueurs canadiens comme un cinquième tournoi majeur.

« Cette semaine, je dirais que je suis encore plus détendu que lors du championnat PGA, et je me sentais déjà assez détendu à ce moment-là », a-t-il déclaré. « Je suis confiant quant à mon jeu et je peux jouer avec liberté et confiance. Je m’amuse beaucoup. »

Cela fait près de 70 ans qu’un Canadien n’a pas remporté le championnat national masculin de golf. Pat Fletcher l’a remporté en 1954 au Point Grey Golf and Country Club de Vancouver.

Bien que Conners soit le mieux placé pour mettre fin à cette période de disette, il n’est pas le seul Canadien en lice, car huit de ses compatriotes ont réussi à passer le cut.

Adam Hadwin (68) d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, et Rogers Sloan (70) de Merritt, en Colombie-Britannique, étaient à égalité à la 17e place avec 5 sous le total.

Wil Bateman d’Edmonton, qui participe à son premier Omnium canadien et seulement son deuxième

tournoi du circuit PGA, a grimpé dans le classement avec un tour à 6 sous le par. Cela place Bateman à 4 sous le total, à égalité à la 22e place.

« Quand ils sortent les caméras et le petit micro tout doux, vous savez que vous faites quelque chose de bien », a plaisanté Bateman. « Mais j’ai juste essayé de rester dans l’instant présent. Je suis vraiment excité pour le week-end. »

Après deux jours d’avis de qualité de l’air en raison des incendies de forêt qui font rage en Ontario et au Québec, une pluie régulière a purifié l’air à Oakdale, dans le coin nord-ouest de Toronto. Entre le manque de soleil et la pluie froide, la température n’a pas dépassé 17 degrés Celsius.

« Je pense que c’est exactement ce qui me convient », a déclaré Yuan, né à Dalian, en Chine. « J’ai étudié à l’université de Washington à Seattle.

« C’est exactement ce à quoi nous sommes confrontés en hiver. »

Conners a déclaré que les conditions du parcours étaient excellentes, bien que le score total de 9 sous le par en tête du classement montre clairement qu’Oakdale représente un défi.

« J’ai l’impression que le parcours et les greens se sont accélérés, et le rough a continué de pousser et de devenir plus épais depuis la dernière fois que je l’ai vu il y a quelques semaines », a déclaré Conners. « Les conditions du tournoi rendent le jeu un peu plus difficile, mais il y a certainement des opportunités. Si la météo reste belle, je pense qu’il est possible de réaliser de bons scores ce week-end. »